Accusation de Tribalisme: Découvrez la cinglante riposte d’Essomba à Edmond Kamguia

0

Les propos d’Edmond Kamguia, journaliste la Nouvelle Expression sur le plateau d’Équinoxe TV dimanche 14 juillet 2019 au sujet de Dieudonné Essomba font jaser.
Ayant pris connaissance des propos du journaliste, l’économiste Dieudonné Essomba a commis une tribune sur les réseaux sociaux dans laquelle il annonce une procédure judiciaire contre l’invité de Cédrick Noufele.

Voici l’intégralité de la sortie de Dieudonné Essomba :

CERTAINS JOUENT AVEC UNE PANTHÈRE EN CROYANT QUE C’EST UN CHAT?!

Que je sois tribaliste ou pas, que j’aime les Bamileke ou pas, que je sois du pays organisateur ou pas, que j’aie des magistrats d’Amougou Belinga ou pas ce n’est pas là le problème?! Le problème est que le sieur Edmond KAMGNIA m’a imputé des propos que j’aurais tenus dans une chaine de télévision. Il doit en apporter la preuve. Car tout cela est archifaux?!

J’ai tenu des propos que certains peuvent qualifier d’anti-Bamikele à la suite des provocations de certains activistes Bamileke, mais mes propos ont toujours eu une ligne de conduite, à savoir combattre tous les comportements suprématistes fondés sur de fausses preuves.

1. Ces activistes disaient que les Bamileke sont la communauté la plus importante au Cameroun, et je leur ai toujours dit que c’est faux : les Bamileke représentent 15,3 %, ce qui est vrai. Leur prétention à l’hégémonie démographique n’a aucun fondement?;

2. Ils ont dit que les Bamileke ont la puissance économique, et j’ai rappelé que l’Économie du Cameroun se trouve entre les mains des étrangers qui contrôlent 56 % des capitaux et de l’État qui dispose de 31 %.

Le privé national se contente de 14 %, par ailleurs éparpillé dans de petites activités, certes visibles comme des boutiques, mais sans intérêt stratégique.
Si tous les Camerounais ne représentent que 14 %, on ne voit pas très bien comment une partie de Camerounais peut prétendre à plus, fussent-ils Bamialeke.
Du reste, j’ai ajouté que les capitaux étrangers payaient 85 % des impôts, ce qui est également vrai. La prétendue suprématie économique brandie par ces activistes n’a donc aucun fondement.

3. Ils ont dit que c’était le tour des Bamileke au pouvoir après Ahidjo-le-Fulbe et Biya-l’Ekang, je leur ai rétorqué que ces chefs d’État avaient été adoubés par les colons, les Camerounais ne s’étant jamais réunis pour désigner des chefs d’État par rotation tribale. S’ils estiment que c’est leur tour, qu’ils aillent donc à Paris où on a adoubé les deux premiers.
Mais s’ils veulent être élus par les Camerounais, ils doivent abandonner la logique rotative et faire la vraie politique, à savoir attirer les Camerounais par un vrai programme séduisant.

4. Ils ont dit que les Betis voulaient les chasser de Yaoundé pour s’approprier leurs immeubles. Je leur ai répondu qu’ils n’avaient rien qui puisse séduire une Communauté de 6 millions de personnes au point de leur en vouloir.
Ce qu’ils ont à Yaoundé est beaucoup trop dérisoire, totalement insignifiant pour alimenter ce genre d’idées, et qu’ils n’avaient pas à assimiler à des projets d’expulsion les réponses souvent vives que leur font d’autres Camerounais excédés par leurs provocations.

5. Ils m’ont dit que je n’aimais pas les Bamileke, je leur ai répondu que même si cela était vrai, je ne vois pas ce qui m’oblige à les aimer?! Ce ne sont ni mes enfants ni ma femme?!

La seule chose que m’oblige est la loi, c’est de les respecter comme tous les autres Camerounais. La loi ne m’oblige pas à aimer qui que ce soit, mais elle m’interdit, c’est de participer à des actions visant à chasser les gens de Yaoundé.

Dans tous mes discours, j’ai toujours dit la vérité, uniquement la vérité?! Et par rapport à ces activistes, je leur ai dit que leur discours ne correspond absolument à rien, et que des initiatives bâties sur ces fausses suprématies comme la prétention à s’emparer du pouvoir d’État en s’appuyant sur une quelconque force démographique ou économique ne peuvent aboutir à aucun résultat.

Voilà la ligne de conduite de mon comportement avec les activistes Bamileke de Facebook dont la majorité se réclame de Kamto. Cette ligne, je ne l’ai jamais changée, et mes propos, tendres ou doux, s’y sont toujours inscrits?!
Les propos que m’impute le sieur KAMGNIA dans le souci évident de relativiser les propos criminels de NGANANG ne correspondent donc, ni de près, ni de loin à ma ligne de conduite que je ne quitte jamais?!

Maintenant, il m’a attaqué, nous allons combattre?!
Et plutôt que de gémir, de jouer aux vaniteux, aux fanfarons et aux victimes, armez-vous de courage?! Assemblez vos preuves et préparez-vous à subir EKOUTA MEBI?!

Vos petits discours pleurnichards ne peuvent pas m’apitoyer?!
Ce monsieur doit dire solennellement, devant les juges, où j’ai tenu ces propos?!
Et s’il m’échappe, que tous les Camerounais élèvent des chiots galeux et qu’ils leur donnent mon nom?!

On verra bien qui va regretter?!

Source: camerounlink.com

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here