Affaire Clinton Njie: le silence complice de la FECAFOOT, voici pourquoi!

0

Depuis l’éclatement de cette affaire il y a maintenant plus d’une semaine, les dirigeants de l’instance faitière du football camerounais n’ont pas jugé opportun de s’exprimer sur le sujet.

L’affaire de la Sextape de l’international camerounais du Dynamo de Moscou, Clinton Njie continue de faire des vagues sur les réseaux sociaux, charriant à la fois commentaires et passions. La vidéo en question qui montre le joueur dans un intense ébat sexuel elle, continue de se partager comme de petits pains. Le scandale est trop important et son entourage essaie de déployer tous les moyens, pas forcément pour éteindre l’affaire (ils n’en ont pas les moyens) mais plus pour tenter d’atténuer sa portée et disculper le tout nouveau sociétaire du Dynamo de Moscou. Ils ont choisi de mettre une certaine presse à contribution qui veut laisser croire que l’ancien marseillais a été victime d’un hacking. Jusque-là, l’argument qui continue d’être ventilé avec insistance ne semble cependant pas convaincre grand monde. Après avoir condamné avec la dernière énergie la perversité d’un joueur dont la progression fulgurante avait été très vite stoppée par de telles attitudes irresponsables, le public a désormais choisi de tourner la scène en dérision.

Mais depuis une semaine qu’on parle de cette affaire insalubre, la fédération camerounaise de football a choisi de rester de marbre. On dirait qu’elle n’a apparemment rien de grave à ses yeux. Interrogé sur le sujet mardi en marge de la réunion du comité exécutif de l’Union des fédérations de football d’Afrique centrale (UNIFFAC) tenue à Douala, Seidou Mbombo Njoya le Président de l’instance a délibérément choisi de ne rien dire dessus, décevant tous ceux qui espéraient que lui au moins aurait conscience de la tâche sombre que cette affaire de fesse laisse sur l’image du football camerounais. Il n’a non plus jugé nécessaire de pondre le moindre communiqué, annonçant par exemple une enquête ouverte sur le dossier ou une sanction à l’encontre du joueur.

Pourtant cette fédération où le même joueur était déjà venu s’expliquer en septembre 2018 alors qu’on l’accusait d’avoir fait monter des filles dans sa chambre d’hôtel en France en marge du match amical joué le 25 mai 2018 entre le Cameroun et le Burkina-Faso, tient une occasion en or pour remettre définitivement ce « récidiviste » sur le droit chemin. Mais comme Maitre Dieudonné Happi qui à l’époque jurait n’avoir pas trouvé suffisamment d’éléments pour sanctionner le joueur, Seidou Mbombo Njoya préfère un silence complaisant, voire complice.

Lorsqu’on se rappelle de l’attention avec laquelle la Fédération française de football avait suivi l’affaire de la Sextape de Mathieu Valbuena lancée en juin 2015 et qui avait débouché sur la mise à l’écart de Karim Benzema de l’équipe de France, il est inévitable de s’interroger sur la direction que veut se donner l’exécutif actuel de la FECAFOOT. Seidou Mbombo Njoya a assurément raté une occasion en or de faire parler son autorité dans une affaire qui aurait pu lui permettre de repréciser les contrevaleurs avec lesquelles une fédération n’est pas censé transiger.

Source: lionsindomptables.com

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here