Archidiocèse de Yaoundé ruiné: Mgr Mbarga se déchaîne sur Afriland, voici pourquoi!

0

Le prélat prétend, dans une lettre datée du 14 octobre dernier que c’est à cause de Cena-Invest, filiale d’Afriland, que l’église est ruinée et pourtant, le siège archiépiscopal traînait déjà une dette colossale de 5,3 milliards depuis 2002.

L’affaire aurait pu rester strictement religieuse, interne à l’archidiocèse de Yaoundé, si elle n’avait pas impliqué une banque et non des moindres : Afriland First Bank. En effet, tout a commencé la semaine dernière avec une lettre signée d’un certain Albert Roland Amougou, se présentant comme «économe général honoraire de l’archidiocèse de Yaoundé ». Ce dernier a accusé l’actuel archevêque de Yaoundé, Mgr Jean Mbarga, d’abandonner à l’agonie son prédécesseur Mgr Victor Tonyé Bakot. Et pour cause, croit savoir M. Amougou, l’archidiocèse fait payer à son prédécesseur sa gestion d’antan.

« Je dois vous dire que Monseigneur Jean Mbarga, évoque régulièrement les dettes que Monseigneur Victor Tonyé Bakot auraient laissées ou bien sa mauvaise gestion présumée des finances de l’archidiocèse pour justifier qu’il lui apporte un soutien purement cosmétique à ses besoins de survie. Pour ma part, tout bilan comporte, depuis les travaux inventifs du moine Franciscain Lucas Pacioli en 1452 (quinzième siècle) un passif et un actif. Pourquoi l’Archevêque de Yaoundé ne parle jamais de l’actif que son prédécesseur lui a légué ? », a accusé l’économe. Le portail des camerounais de Belgique. En réaction à cette lettre, l’actuel archevêque de Yaoundé a publié à son tour une correspondance qui comporte des révélations troublantes. Il écrit : « Le malheur a voulu qu’en 2005/2006, cherchant à continuer le travail de redressement de l’archidiocèse de Yaoundé initié par Feu Monseigneur André Wouking, il [Mgr Bakot] ait accepté la coopération de la Central Africa Investment (Cena-Invest) une filiale d’Afriland First Bank qui lui impose de prendre monsieur Amougou Albert Roland comme économe diocésain de l’archidiocèse de Yaoundé pour garantir la bonne gestion des crédits bancaires. Ce fut le début des déboires de Monseigneur Victor Tonye Bakot. Depuis ce temps-là, tout est allé très vite et très mal pour Monseigneur.

Ce soit disant expert financier va l’entraîner dans des emprunts bancaires et investissements divers sans jamais créer de rentabilité ; au contraire la situation s’est dégradée, la banqueroute aussi et Monseigneur Victor Tonye Bakot démissionna. » Bien avant cela, poursuit l’archevêque, l’économe aurait imposé l’aliénation des biens du diocèse sous de faux prétextes de remboursement ; le cas le plus flagrant, c’est un immeuble à l’Avenue Kennedy, à Yaoundé. « Lorsque Victor Tonye Bakot prend conscience de l’incompétence et la corruption de M. Amougou, il met fin à son mandat d’économe Diocésain et Cena-Invest lui propose un autre collaborateur. Il subira par la suite une persécution publique d’une rare violence de ce dernier pour un projet immobilier teinté de malversations « La Foncière » et pour bien d’autres questions », enfonce l’archevêque de Douala.

Seulement, «Eco Matin» a retrouvé une lettre 24 septembre 2013, signée des « Chrétiens engagés » lorsque au Mgr Vitor Tonye Bakot renonce au gouvernement pastoral. Dans cette longue lettre, l’on apprend alors que, quand Mgr Bakot prend possession du siège archiépiscopal de Yaoundé, il trouve une colossale dette qui s’élève à 4,8 milliards de FCFA, à laquelle s’ajoutent les 500 millions de FCFA prêtés par la SNH à feu Mgr André Wouking en 2002 : soit un total de 5,3 milliards de FCFA de dettes que Mgr Bakot a trouvées à Yaoundé.

Source: camer.be

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here