‘Ce n’est pas à Paul Biya de m’envoyer à la CAN’

0

Ambassadeur itinérant, invité de Total Cameroun, a effectué une visite des stations-services après avoir regardé le match des Lions Indomptables face au Bénin, explique pourquoi, il n’est pas en Egypte où se déroule la Can.

Pourquoi Roger Milia, ambassadeur itinérant, a-t-il décidé d’accompagner Total Cameroun dans ses actions en direction de sa clientèle ?

J’accompagne Total parce qu’il s’agit bien de la Coup d’Afrique des nations. Parce qu’il s’agit du football. Et Total est le sponsor officiel de cette Can depuis l’édition de 2017 au Gabon. Total a besoin de plus de visibilité sur ses actions et c’est pour cela que nous sommes à ses côtés.

Beaucoup de personnes au Cameroun, nombre d’observateurs avertis du football, s’étonnent de la présence de son excellence, Roger Milia, au Cameroun, alors que la Can se déroule en Egypte où il aurait dû être. Pourquoi Roger Milia n’est pas en Egypte ?

Les Camerounais ne doivent pas être étonnés. Ca été toujours comme cela chez nous. Je n’ai reçu aucune invitation du ministère des Sports et de l’éducation physique, encore moins de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). Je préfère rester au pays comme d’autres Camerounais pour encourager les Lions Indomptables à partir de l’écran de la télévision. Ces responsables n’ont pas voulu que je fasse parti de leur délégation et je l’accepte ainsi.

Vos missions en qualité d’ambassadeur itinérant, consiste à faire quoi concrètement, si vous ne pouvez pas être avec les Lions Indomptables où ils défendent les couleurs de ta patrie ?

Il faut comprendre que la qualité d’ambassadeur itinérant est un poste purement honorifique. Il ne revient pas au chef de l’Etat du Cameroun, qui m’a fait l’honneur de me nommer ambassadeur itinérant, de m’envoyer à la Can. Les instances qui gèrent le football dans notre pays sont connues. Le ministère des Sports et la Fécafoot.

C’est à ces deux entités que revient en principe la décision d’intégrer ma modeste personne dans la délégation officielle, si, par ailleurs, elles respectent du reste, ce titre que le président de la République m’a confié. Roger Milia est un ancien Lion qui a apporté beaucoup au Cameroun, sur le terrain et en dehors. En 2017, sous l’ère Bidoung Mpkatt, nous étions au Gabon et les résultats, vous les connaissez.

Le Cameroun a été champion d’Afrique, alors que personne ne vendait chère, la peau des Lions Indomptables. Il ne faut pas que les gens se cachent le visage. Si je n’avais pas été au Gabon avec Njitap, Bill Tchato, peut-être nous n’aurions pas gagné cette Can. Nos conseils, nos remontrances ont servi alors à quelque chose.

Quel commentaire Roger Milia fait-il de l’ensemble des performances des Lions Indomptables à cette Can Egypte 2019 ?

Pour le second tour, le Cameroun va affronter le Nigéria. Ca va être une rencontre palpitante. Mais je ne suis pas inquiet du tout. Je préfère croiser le fer avec le Nigéria que de rencontrer une équipe comme la Tunisie en Egypte, à ce stade de la compétition, compte tenu du contexte et d’un certain chauvinisme qui caractérise l’ensemble des pays du Maghreb qui nous posent très souvent, de sérieux problèmes sur le terrain. Nos enfants ont démontré une certaine puissance au premier match.

Les deux autres rencontres qui se sont soldées par des scores de parité, ne sont en réalité pas le reflet des attentes des supporters des Lions Indomptables qui auraient souhaité voir le Cameroun, gagner le dernier match de poule pour se hisser au sommet du classement question d’éviter certains poids lourds du second tour. Maintenant, il n’y a plus de calcul à faire, je suis serein pour la suite, car nous avons une équipe forte, pas suffisamment volontaire et déterminée comme celle de 2017.

Source: Le Messager N°5333

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here