Chief Mukete ‘poignarde’ Paul Biya, voici pourquoi!

0

Dans une tribune sous forme de Coup de gueule, sur la crise anglophone, l’homme politique membre du Rdpc, Saint Eloi Bidoung dénonce, indexe et accuse. Nous vous proposons ici le gros de cette sortie:

Des propos du centenaire embrasent la scène sociopolitique depuis quelques jours. L’onde de choc parti du Sénat irradie le débat sur l’actualité politique de l’heure. Entre sénilité, amnésie et rhumatismes, le chef boitille appuyé sur sa canne.

Le Sénat, cette maison de retraite de luxe où la République héberge les personnalités du troisième du quatrième et du cinquième âge; personnalités ayant parfois et très souvent des états de service très discutable. Etats de service dont la longévités et les cumuls de fonctions aussi illégaux qu’illégitimes sont de nature à faire parler les muets qui brûlerait d’envie de se casser la voix sur une tribune pour dire à qui de droit y’en a marre.

Personnalités aux allures pathétique lors des sessions parlementaires. Le spectacle de désolation que livrent ces nonagénaires, sexagénaires et même centenaires perclus d’arthroses, de rhumatismes et pour la plupart étreint par les douleurs de la prostate et les crises de diabète, laissent voir et entrevoir un passé qui a du mal à passer, et un avenir qui peine à venir. L’inutilité de cette chambre dite auguste par euphémisme (haute) se manifeste quand on assiste à une session, on est face à un hémicycle clairsemé de vieillards ronflant comme des moteurs à quatre temps à carburation directe, hémicycle de fortune au palais des congrès garni de quelques vénérables gâteux qui somnolent plus qu’ils ne dorment ; pendant que les autres, brillent par leur absence lors des travaux, profitent de la session parlementaire à Yaoundé et de toute l’intendance prévue par la réglementation en vigueur pour visiter des médecins et des spécialistes des maladies du troisième âge. Ils ne repassent aux abords du palais des congrès que pour venir s’inquiéter du retard dans le paiement des frais sessions et s’enquérir de la date probable du paiement de ceux-ci.mon Dieu!

Que peut-on demander que doit on attendre de plus de la plupart de ces hommes qui n’ont pas pu faire faire étalage de force pour le développement du pays pendant leur jeunesse, et qui ne peuvent plus rien pendant leur vieillesse.

La sénilité, une maladie rare. On peut attraper le paludisme et la grippe du berceau au tombeau. Toute la vie. Mais rare sont ceux qui peuvent s’en orgueilir de souffrir de sénilité. Voyez-vous, Avec l’espérance de vie de plus en plus courte au Cameroun, le prix des médicaments prescrits par les médecins et l’insolence des infirmières, c’est une grâce divine d’atteindre cet âge là. L’âge d’être sénile. C’est pourquoi, toute les “créatures” doivent s’incliner devant le respectable âge de chief Victor Mukete, chef traditionnel vénéré sur les flancs du Mont Cameroun dans la Région du Sud-ouest et centenaire devant Dieu et devant les hommes. Un cas malheureux de sénilité très avancée qui préoccupe plus les observateurs et acteurs politiques, que les gérontologues ( spécialistes des maladies des vieillards).

Avec l’âge, on reprend le sens inverse de la croissance humaine. On tend vers l’état primaire du bébé, du moins de l’enfant sans science ni conscience, voir sans mémoire. C’est la condition psychologique et biologique d’un centenaire. Il ne sait plus ce qu’il fait et ce qu”il dit, il est comme un bébé d’un an qui peut mouiller ses culottes. Et ne lui demander pas de réfléchir comme à ses quarante ans. Soit il a tout oublié, soit il n’en sait plus rien.

Mon grand-père, ancien tirailleur en Indochine pendant la seconde guerre mondiale, est mort presque centenaire mais totalement sénile. Il se perdait en forêt en plein jour, ne distinguait plus entre le manioc et l’igname et ne reconnaissait plus ses enfants. Chief Victor Mukete à travers sa sortie me rappelle mon grand-père. Il ne se rappelle plus que c’est grâce à son militantisme pour la réunification qu’il est ce qu’il est. Le doyen d’âge de la « chambre haute » ne se rappelle plus de rien. J’ai beau voulu lui remémorer que sa grosse fortune et celle de sa lignée, aussi ostentatoire que scandaleuse, est soupçonnée être frauduleuse et illicite. D’ailleurs les mauvaises langues disent que cette fortune a été bâtie sur des agrégats de fraudes fiscales, délinquances douanières, escroqueries ,trafics intéressés et surtout tolérance administrative. La mémoire ne lui revient plus. Y a t-il quelqu’un pour lui rappeler qu’il est rester en marge des textes et lois de la République, pendant plus d’une vingtaine d’années, en occupant sans discontinuer et de manière illégale un poste de président de conseil d’administration d’une entreprise publique. Et que, pendant ce temps, alors même qu’il n’était plus à mesure de siéger plus de trente minutes lors des travaux du conseil d’administration, il continuera à bénéficier de plusieurs avantages indus dont les frais médicaux gratuits et d’autres commodités dont il usait et abusait avec une boulimie d’ogre.

Je préfère, pour ma santé et la salubrité publique, ne pas revenir sur le népotisme et le favoritisme que ce vénérable centenaire avait installé au sein de Camtel, du temps où il trônait comme président du Conseil d’administration. Fils, neveux, nièces, petit-fils, beau-fils et autre bakweris de ses sujets et assimilés régentaient la maison Camtel. Qui ne se portait pas trop bien en passant. Même une éruption du Mon Fako n’aura pas fait autant de dégâts que ceux causés par la prééminence improductive de Chief Victor Mukete comme « président du Conseil d’administration » de Camtel. Mais, à son âge, peut-il s’en souvenir ? Peut-il se souvenir de tous ces cumuls de fonctions empreints d’incompatibilités et d’illégalités dont il n’a jamais voulu se séparer depuis des années ? Des illégalités qui peuvent faire de lui un chef traditionnel là-bas, au pied du Mont Cameroun, mais une personnalité digne de donner des leçons à ces camerounais qu’il aura longtemps frustrer par sa gourmandise pour les pouvoirs, ses trafics d’influence et son goût honteux pour les « avantages de toutes natures prévus par la réglementation en vigueur » ; au point de violer les incompatibilités et de multiplier sans aucun patriotisme les cumuls.

Vieux gateux et rancunier

Pour avoir été débarquer de son confortable fauteuil de grabat de président du Conseil d’administration de Camtel, où il ne servait qu’à dépouiller les caisses de l’entreprise par des avantages indus et exagérés, voilà le chef traditionnel qui se retrouve une sagesse. Mais la mémoire ne lui revient toujours pas. Il ne se rappelle plus de la confiance, l’amitié et le respect du président de la République, chef de l’Etat, Son Excellence Paul Biya à son égard depuis des dizaines d’années. Peut-être se sent-il déjà à la croisée d’un passé lointain et d’un futur incertain. Comme ceux qui se disent « je n’ai plus rien à perdre, rien à gagner à plus de cent ans ; peut m’importe… » Cela s’appelera un vieux gâteux.
En plus d’être sénile et rancunier, en plein cœur de son peuple Bakweri, la guerre fait rage. Des irrédentistes menacent l’unité de la nation, des vies humaines et des biens privés et publics. Là-bas au pied du Mont Cameroun, des hommes et des femmes meurent ou s’entretuent, jeunes et vieux. Jamais on entendu la voix du chef pour une solution de sortie de crise ; jamais il n’aura parler de paix ou d’unité nationale à ses sujets. Détenteur des pouvoir mystique et ésotérique du peuple Bakweri, il n’a jamais invoquer Efasa Moto, le dieu qui se cache dans la brume au dessus du Mont Cameroun, pour que le sang ne coule plus dans le Nord-Ouest et le Sud-ouest.

Sa douteuse fortune personnelle et les avantages indus et multiple que lui offre l’Etat du Cameroun ne lui laisse pas ce temps. Non ! c’est la sénilité. Perte de mémoire accentuée et évolutive du fait d’un âge trop avancé. Que Dieu lui pardonne ses égarement ses errements, ses dérapages incontrôlés et incontrôlables. Que Dieu lui pardonne En trois mots, “son glissement verbal”. ça s’appelle en deux mots “Haute Trahison”. Chez les Ivoiriens “Taper dos”

Source: lewouri.info

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here