Conférence anglophone: l’incertitude plane toujours, voici pourquoi!

0

Les organisateurs de la Conférence générale anglophone ont tenu une réunion à la cathédrale Saint-Pierre-et-Paul de Douala le mardi 25 juin, bien qu’ils ne sachent pas quand l’événement aura lieu.

Une conférence qui a été planifiée au mois octobre dernier n’a pas encore eu lieu. Cependant, ils sont certains de la tenue de la conférence dans les régions anglophones, même si la date reste confuse. Des milliers d’anglophones ont été mobilisés pour ledit projet mais perdent peu à peu leur intérêt en raison du report continu de l’événement. Cependant, les organisateurs se sont réunis à Douala pour élaborer une stratégie sur la manière de tout mettre sur pied avant la conférence. La séance de mardi a été présidée par Son Éminence le cardinal Christian Tumi.

Cette réunion fait suite à la première réunion qui s’est tenue il y a une semaine, au cours de laquelle les organisateurs ont passé en revue les récents développements sociopolitiques dans les deux régions anglophones du Cameroun. L’objectif principal de la réunion était d’étudier en détail les résultats d’une recherche lancée par la conférence. La conférence travaille à un document sur la crise actuelle, qui, selon eux, sera remis au gouvernement une fois terminé.

Le porte-parole de la Conférence générale anglophone, Elie Smith, a révélé qu’ils n’étaient pas prêts à se prononcer sur la date exacte de la conférence, car ils n’en étaient pas certains. « Nous ne voulons pas commettre la même erreur que nous avons commise la dernière fois, donner une date et ne pas pouvoir la respecter. Nous prévoyons également de rencontrer les autorités de ce pays et nous pensons que le chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, est le plus approprié à ce stade pour lui présenter notre document de travail » a déclaré Elie.

Il a réitéré la nécessité de mettre fin à la crise anglophone, maintenant par le dialogue, ajoutant qu’un problème africain devait être résolu par des Africains et non par des étrangers, les camerounais devront donc résoudre leurs propres problèmes.

Source: actucameroun.com

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here