[CONFIDENTIEL]: vers l’organisation de la présidentielle avant 2025

0
48
PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES:

Sur « Scènes de presse » de la CRTV ce soir, Christophe Mien Zok, le directeur des organes de presse et de la propagande du Rdpc, parti du président Biya, n’exclut pas une élection présidentielle avant 2025, le terme de l’actuel mandat entamé il y a pourtant seulement un an.

Réagissant à une déclaration de Jean Robert Wafo , Membre du Shadow Cabinet du SDF en charge de l’information et des médias qui justifiait par « la nécessité d’avoir des élus dans la perspective de la qualification pour participer à l’élection présidentielle de 2025 », la décision de son parti d’aller malgré des réserves antérieures aux élections municipales et législatives convoquées pour le dimanche 09 février 2020, celui qui est par ailleurs directeur général du Palais des Congrès a ainsi révélé que dans le Cpdm Rdpc, on exclurait pas la fin du magistère présidentiel actuel avant son terme légal. Il n’a pas explicité son propos, se contentant de confirmer avec M. Wafo qu’aucun parti politique qui regarde vers cette élection majeure dans le système politique camerounais ne peut se permettre de boycotter les élections locales, au risque de ne pas avoir des élus.

Ces derniers sont, selon le code électoral en vigueur et largement contesté, la 1ere condition qualificative à la candidature à la présidentielle. La loi electorale dispose en effet que pour être candidat à l’élection présidentielle, tout parti politique doit disposer d’au moins un élu dans les institutions politiques camerounaises.

En rappel, la Constitution camerounaise ne prévoit l’anticipation de l’élection présidentielle que dans 2 le cas de figure de la vacance. Cette dernière ne pouvant elle-même être possible que dans deux cas: soit une démission ou le décès du président de la république soit un empêchement dûment constaté par le Conseil Constitutionnel.

Mais en aucun cas, le président en fonction ne peut ramener son mandat et procéder à l’organisation d’une élection anticipée. À moins d’avoir au préalable modifié le texte de la constitution actuellement en vigueur.

Source: camerounliberty.net

LES ARTICLES LES LUS EN CE MOMENT:

PARTAGEZ AVEC VOS PROCHES:

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here