Côte d’ivoire : 17 ans après la crise de 2002 Guillaume Soro exprime ses regrets, Voici les détails

0

Ce mercredi 18 septembre 2019, l’ex-chef de rébellion, Guillaume Soro, a regretté dans une adresse aux ivoiriens, l’échec de sa tentative de rébellion. Elle devrait aboutir à l’ouverture d’une ère plus démocratique pour la côte d’ivoire.

La Côte d’ivoire a connu pour la première fois, une crise militaire et politique, il y a de cela 17 ans exactement. En effet, c’est dans la nuit du 18 au 19 septembre vers 3 h du matin que les hommes armés ont fait irruption dans beaucoup de casernes et gendarmeries d’Abidjan en les attaquant. En même temps, des attaques similaires ont été menées dans le nord du pays à Bouaké et Korhogo… L’objectif était d’écarter Laurent Gbagbo du pouvoir.

L’échec de cette tentative de coup d’État a entraîné une scission du pays. Guillaume Soro, le chef des rebelles et ses hommes ont exigé entre autres, le départ de Laurent Gbagbo du pouvoir, beaucoup plus de liberté et de démocratie et l’accord de la nationalité ivoirienne à tous ceux qui sont à l’intérieur du pays sans distinction. 17 ans après, Guillaume Soro affiche sa déception en ce qui concerne l’avancée de la démocratie aujourd’hui. « La Côte d’Ivoire s’achemine-t-elle vers une transition pacifique du pouvoir d’État ? Si tel est notre vœu le plus cher, il est cependant permis d’en douter, en raison du déficit général de culture démocratique« , a déclaré l’ex-président de l’assemblée nationale dans un message aux Ivoiriens, depuis Paris, à l’occasion de la commémoration du 17è anniversaire de 2002

À qui imputer la responsabilité de cette situation ? Pour l’ex-chef rebelle, tout le monde est responsable. « II nous faut, ensemble, construire un nouveau rapport au pouvoir en remettant l’État au service du citoyen. L’espace démocratique doit être régi par des règles justes, inclusives et acceptées de tous. C’est la base du nouveau contrat social » a-t-il suggéré. Il faut rappeler qu’à Paris le samedi 10 aout 2019, Guillaume Soro, ex-président de l`assemblée nationale a rencontré les ressortissants ivoiriens vivant en Europe au cours d`une rencontre dénommée « Je Crush Soro». Il déclarait au cours de cette rencontre « …je n’accepterai pas la dictature d’où qu’elle vienne ».

source https://www.benintimes.info/international/cote-divoire-guillaume-soro-exprime-ses-regrets-17-ans-apres-la-crise-de-2002/

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here