Coupure d’électricité à Yaoundé: voici pourquoi ça persiste

0

La vétusté des équipements et de récents travaux de maintenance sur le réseau sont à l’origine de l’interruption du service dans la capitale, notamment en fin de semaine dernière.

Tout au long du week-end dernier, et même quelques jours avant, certains quartiers de Yaoundé ont encore passé de longues heures sans énergie électrique. C’est le cas des abonnés connectés à partir du poste transformateur de Ngousso.

Explication : « Le poste de Ngousso a été surexploité pendant plusieurs semaines pour relayer Melen. Il était donc question d’effectuer des travaux de grosse maintenance sur cet équipement, lui-même déjà amorti, pour éviter un autre incident », indique une source au ministère de l’Eau et de l’Energie.

Le nombre relativement important de quartiers impactés est fonction de la capacité de ce poste, qui est de 30 MW. Mais déjà, comme l’indiquait Joël Nana Kontchou, directeur général d’Eneo alors qu’il visitait le chantier de Melen, « avant cet incident, il y avait des problèmes sur le réseau de Yaoundé ». Et il y en aura tant qu’un certain nombre de dispositions ne seront pas prises. Il s’agit notamment du remplacement des poteaux et câbles évoqué depuis un moment.

« Nous allons nous atteler à travailler sur le réseau de Yaoundé. On va mettre un certain nombre de poteaux bétons, changer un certain nombre de câbles et d’appareils de coupure (dispositifs permettant de réduire la surface impactée en cas d’incident sur le réseau de distribution) et surtout, on va essayer d’équilibrer les charges entre les différents postes existants », expliquait le directeur général d’Eneo, en précisant qu’il s’agit d’un vaste programme qui demande non seulement du temps, mais aussi beaucoup de moyens financiers.

Toutefois, il faut noter que si l’urgence a pu être levée du côté de Melen, les travaux s’y poursuivent. « Le poste doit être reconstruit sur le plan du génie civil et sur le plan électrique pour être aux normes internationales. Ça va nous prendre entre trois et six mois pour construire un poste complètement moderne », a indiqué Joël Nana Kontchou.

Mais de sources bien introduites, ces travaux n’impactent pas le fonctionnement du poste. Il y a quelques mois encore, en faisant un état de la fourniture de l’énergie électrique à Yaoundé, le ministre de l’Eau et de l’Energie parlait de 10.000 poteaux défectueux dont 4500 au stade critique en cours de changement.

Mais à cause de l’insécurité, l’entreprise en charge de la distribution rencontre des difficultés d’approvisionnement. En cause aussi, des pluies accompagnées de vents violents qui font tomber des arbres ou renversent des poteaux, entraînant des coupures dans la fourniture de l’énergie.

Source: camer.be

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here