Crise anglophone: Un cadre du Sdf dévoile où trouver les premiers sécessionnistes de la République

0

Selon Me Moustapha Gwana, les premiers sécessionnistes se trouvent au sein du parti au pouvoir.

Invité sur le plateau de l’émission 7hebdo de notre confrère Stv, Me Moustapha Gwana du Social democratic front (Sdf) a affirmé qu’il pesait ses mots par rapport à ses déclarations. Avec fermeté, l’avocat qui a défendu le Sdf lors du contentieux post-électoral devant le Conseil constitutionnel, a indiqué qu’il faut regarder dans les rangs du Rassemblement démocratique du peuple camerounais, si on veut trouver les premiers sécessionnistes. Précisons que Me Moustapha Gwana était invité de l’édition du 18 août 2019 de l’émission 7hebdo.

«Comment pouvez-vous expliquer que de façon répétitive, dans les deux chambres de notre parlement, le Sdf se bat pour que la question de la crise anglophone soit inscrite au débat, qu’un parlementaire, le plus ancien des parlementaires du Cameroun, qui est militant du Rdpc Fon Mukete pour qui, j’ai le plus grand respect arrive au parlement, et se met à tancer les uns et les autres, parce qu’il a le pouvoir de le faire de par son âge et d’avoir été l’un des acteurs du processus de réunification du Cameroun, des deux Cameroun…», a-t-il déclaré.

Sur le retrait des députés et sénateurs Sdf du Parlement

Appelé à s’exprimer sur le revirement de position du Sdf, Me Moustapha Gwana indique que cela n’a rien à voir avec les performances du parti du Chairman Ni John Fru Ndi lors de l’élection présidentielle du 7 octobre 2018. Rappelons que dans un communiqué sanctionnant les travaux de son dernier Nec, le Sdf a indiqué qu’il procéderait au retrait de ses députés et sénateurs de la session parlementaire de novembre 2019. La menace serait mise à exécution dans le cas où la crise anglophone n’était pas résolue et que la rentrée scolaire ne serait pas effective au Nord-Ouest et au Sud-Ouest. Le parti a également fait savoir qu’il ne participerait aux élections législatives et municipales en l’état actuel des choses.

«Nous sommes dans une situation où nous avons des compatriotes qui estiment qu’on ne peut plus marginaliser et qui souhaitent que notre pays puisse s’inscrire dans la postérité. Et que notre pays s’inscrive dans la postérité dans l’intérêt collectif des camerounais…Nous sommes allés à deux élections. Mais est-ce que les deux élections en question ont permis à la situation de revenir à la normale. Nous faisons l’amer constat que rien n’a changé. Alors il faut pouvoir trouver une thérapeutique de cheval pour que nous puissions sortir de cette situation…Malheureusement j’ai le sentiment que nous ne sommes pas dans le même monde», a-t-il déclaré.

Présence d’Elecam dans les régions anglophones

En expliquant la raison pour laquelle, la situation actuelle n’est pas propice à la tenue des élections, Me Moustapha Gwana fait savoir que les bureaux d’Elections cameroon (Elecam) sont presqu’inexistant au Nord-Ouest et au Sud-Ouest. «Comment pouvez-vous expliquer qu’actuellement, il n’y a qu’un seul bureau d’Elecam qui fonctionne dans le Nord-Ouest ? C’est celui qui est à Bamenda. Et c’est pareil dans le Sud-Ouest, vous n’en avez pas plus de deux qui fonctionnent actuellement. On vous dit qu’avec la révision électorale depuis la dernière élection, il n’y a pas eu dans tout le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, 50 personnes qui sont inscrites…Le Cameroun va mal et ayons la force de le reconnaître», a-t-il déclaré.

Source: https://actucameroun.com/2019/08/19/un-cadre-du-sdf-devoile-ou-trouver-les-premiers-secessionnistes-de-la-republique/

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here