Crise socio-politique: des anciens chefs d’Etat africains au secours de Biya, voici pourquoi!

0

La communauté internationale ne démord pas. Malgré les multiples condamnations brandies par le gouvernement camerounais pour essayer de limiter son implication dans le processus de résolution des différentes crises securitaires et sociopolitiques que traverse le cameroun, celle-ci revient toujours à la charge. Après le parlement Européen, le Congrès Americain, ou encore le Gouvernement Fedéral Suisse, c’est au tour du Forum des anciens Chefs d’Etat et de Gouvernement africains d’apporter une esquisse de solution aux problèmes que traverse le Cameroun en ce moment. Dans cette perspective, ledit forum a annoncé à travers un manifeste daté du 02 juillet 2019, l’organisation prochaine d’un colloque spécial sur le Cameroun, qui devrait se tenir à Addis Abeba en Ethiopie, ou dans tout autre pays avec l’acord du Forum.

Le Forum des anciens Chefs d’Etat et de Gouvernement africains dont les actions se situent dans le sillage de l’Union Africaine, entend par ce colloque, s’informer d’avantage sur la situation Sociopolitique et sécuritaire qui prévaut au Cameroun, et renforcer un peu plus par la même occasion, son champ d’action pour pouvoir accompagner de manière plus conséquente et efficiente le Gouvernement et le peuple Camerounais. Pour la circonstance, «Le forum se propose de contacter un large éventail de citoyens camerounais, qu’il invitera à participer à cette rencontre qui doit etre le lieu d’un dialogue inclusif et ouvert» pouvait-on lire dans le manifeste qui annonce la tenue prochaine de ce colloque sur le Cameroun.

En rappel, le Cameroun traverse depuis quelques années l’une des périodes les plus troubles de son histoire. Le qualificatif d’havre de paix qu’on asociait à son nom à chaque fois qu’on l’évoquait, a volé en éclat à cause de nombreuses crises securitaires et sociopolitiques qui perdurent. La guerre contre Boko Haram dans l’extrême-nord, la crise anglophone dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, et le climat social délétaire qui prévaut depuis la réélection de Paul Biya à la magistrature suprême, ont contribué a entaché ce statut dont le Cameroun s’enorgueillissait régulièrement.

Source: cameroon-info.net

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here