Dossier CAN 2019: Magloire Fouda, la bête noire de Louis Motaze, voici pourquoi!

0

Au cours des réunions du Comip-Can à l’immeuble Etoile, le moindre claquement de doigt d’un membre du gouvernement, maître d’ouvrage, est aussitôt répercuté dans les instants qui suivent au secrétariat général de la présidence de la République.

Pour avoir été secrétaire général adjoint à la présidence de la République en charge des affaires économiques, Séraphin Magloire Fouda avait une bonne connaissance du dossier de la Can 2019, depuis son attribution au Cameroun le 20 septembre 2014 jusqu’au retrait du Cameroun de l’organisation du grand rendez-vous du football africain.

L’on se souvient que c’est lui qui préside le 20 juillet 2015, la réunion interministérielle relative à l’optimisation des préparatifs de la Can 2019. C’est au cours de cette réunion que va naitre 2 semaines plus tard, soit le 4 août 2015, en exécution des hautes directives du président de la République, le Groupe de travail technique (Gtt) chargé de mener les négociations techniques portant sur le financement de la Can 2019.

Ledit Groupe sera d’ailleurs mis sous la supervision de Louis Paul Motaze, alors secrétaire général des services du Premier ministre. Même quand le rapport du groupe de travail supervisé par Louis Paul Motaze va parvenir à la présidence de la République, un mois plus tard, soit le 4 septembre 2015, c’est encore lui, Séraphin Magloire Fouda, en compagnie de Ferdinand Ngoh Ngoh, qui va tout mettre en œuvre pour que les propositions émises par Louis Paul Motaze ne puissent prospérer.

En ce temps-là, le Cameroun était encore dans les délais. Une fois nommé secrétaire général des services du Premier ministre, le 2 octobre 2015, comme on le dit au quartier, l’homme va « s’asseoir » sur le dossier. Le travail effectué par son prédécesseur sera tout simplement ignoré. Le temps pour Ferdinand Ngoh Ngoh de manœuvrer au niveau de la présidence de la République pour faire réussir le coup.

C’est-à-dire convaincre le chef de l’Etat de ne pas prendre en considération les propositions faites par Louis Paul Motaze, du temps où il officiait encore comme superviseur du Gtt. Résultat des courses, le Cameroun va passer près de 2 ans sans rien faire. Il fallait sucer la Can à bouche que veux-tu…

Source: camer.be

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here