El Hadj Abbo Ousmanou condamné à payer 110 millions au PDG de SQNC, Voici pourquoi!

0

C’est l’épilogue d’une bataille judiciaire qui aura duré quatre années. La Cour d’appel de l’Adamaoua a en effet tranché le 23 mai dernier, l’affaire opposant El Hadj Mohamadou Abbo Ousmanou, patron du Groupe AMAO, à Ahmadou Gouroudja, PDG de la Société des quincailleries nouvelles du Cameroun (SQNC).

«Ainsi, Abakar Aminou, Ibrahima Alfaki Yérima, Issa Baba et les autres ont été reconnus coupables des faits de tentative d’escroquerie, d’abus de confiance en coaction, de faux en écriture privée de commerce et autres. Abakar Aminou et Ibrahima Alfaki Yérima ont ainsi été condamnés à payer à Ahmadou Gouroudja, à titre de réparation des préjudices subis, la somme de 110 850 092 FCFA. Soit 54 850 092 FCFA pour le préjudice matériel, 42 000 000 FCFA pour le préjudice économique et 14 000 000 FCFA pour les frais de procédure», peut-on lire dans les colonnes du Trihebdomadaire L’œil Du Sahel en kiosque ce lundi 27 mai 2019.

La Cour a également déclaré «le Groupe AMAO représenté par El Hadj Mohamadou Abbo Ousmanou civilement responsable des condamnations civiles prononcées contre ses préposés Abakar Aminou et Ibrahim Alfaki Yérima. D’ailleurs, Abakar Aminou s’en tire avec une contrainte par corps de neuf mois et un mandat d’incarcération. Ibrahim Alfaki Yérima en est dispensé du fait de son âge avancé, car né vers 1955 à Ngaoundéré. Mais les deux principaux prévenus sont condamnés à payer solidairement et équitablement la somme de 366 350 FCFA représentant les dépens», ajoute le Trihebdomadaire régional d’informations du Nord-Cameroun.

Pour mieux comprendre cette affaire, «tout commence en 2015, lorsque Ahmadou Gouroudja de la SQNC fait une réclamation de paiement de la somme de plus de 55 millions FCFA au Groupe AMAO, après plusieurs livraisons de matériaux de construction. Mais Alhadji Abbo du Groupe AMAO va aussitôt accuser le PDG de la SQNC de tentative d’escroquerie».

Débute alors une bataille judiciaire qui va se solder «par une victoire de cette dernière en instance. Le 29 mars 2018, le tribunal de première instance (TPI) de Ngaoundéré condamne les nommés Abakar Aminou, Ibrahima Alfaki Yérima et autres à payer solidairement une somme de 134 millions FCFA à Ahmadou Gouroudja. Mais, le Groupe AMAO interjette appel», souligne le journal.

Durant les quatre années du procès, Ahmadou Gouroudja, «quelque peu affaibli, n’a fait que décrier, la ruse utilisée par les employés du Groupe AMAO pour s’octroyer des biens et la procédure de livraison des matériaux. El Hadj Mohamadou Abbo Ousmanou, patron du Groupe AMAO a ainsi préféré activer les batteries judiciaires, opposant un strict refus de paiement», relève L’œil Du Sahel.

Source: cameroon-info.net

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here