Emeute à Kondengui: des détenus violés

0

Lors d’une conférence de presse le vendredi 2 août 2019, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, René Emmanuel Sadi a présenté le «vrai » compte-rendu des événements entourant les mutineries qui ont secoué la prison centrale de Kondengui à Yaoundé et la prison principale de Buea dans la région sud-ouest les 22 et 23 juillet 2019.

« Le Gouvernement de la République, ayant informé l’opinion publique, en temps voulu, dès que ces événements se sont produits, souhaite aujourd’hui assurer la communauté nationale et internationale du retour à la normale dans les prisons de Kondengui et Buea », a annoncé Sadi.

Il a ensuite procédé, au nom du gouvernement, à une évaluation générale de la situation dans ces prisons à la suite des révoltes.

Deux détenus violés à Kondengui, 244 exfiltrés !

Selon le Ministre Sadi, en ce qui concerne la prison centrale de Kondengui, il convient de rappeler d’emblée que le 22 juillet 2019, un groupe de personnes en détention provisoire à la suite des troubles sécuritaires dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, après s’être déclaré porteur de plaintes à soumettre aux hautes autorités, s’est transformé en une insurrection radicale et violente.

« Rejetant les appels au calme et à la résistance totale au dialogue initié par les responsables de l’administration pénitentiaire et les autorités administratives compétentes, ces insurgés ont été rejoints par d’autres détenus, tous demandant avec véhémence leur libération, et ont ensuite entrepris de semer la panique dans la prison afin de provoquer une fuite massive des détenus », a précisé Réné Sadi.

Selon le porte-parole du gouvernement camerounais, les forces de l’ordre, appelées en renfort, ont réussi à limiter l’ampleur des dégâts causés par cette mutinerie en utilisant exclusivement des outils de dissuasion modernes, avec calme, tact et professionnalisme.

« Le gouvernement déplore une fois de plus l’ampleur des dégâts matériels estimés à des dizaines de millions de francs CFA et réaffirme qu’à l’exception des deux détenus violés dans leur quartier pénitentiaire par les insurgés, aucune perte en vies humaines n’a été enregistrée, et aucun blessé parmi les forces de sécurité et les détenus manifestants de la prison centrale de Kondengui », ajoute le ministre Sadi.

« En attendant, il convient de noter que les différentes procédures judiciaires engagées contre les dirigeants de cette insurrection ont été menées dans le strict respect des lois et règlements de la République. Les détenus identifiés comme étant les chefs de cette insurrection, 177 personnes le jour des faits et 67 par la suite, pour un total de 244 insurgés, ont été remis aux services de police et de gendarmerie pour être interrogés. Ils ont tous été entendus et les diverses enquêtes sont presque terminées.

En l’état actuel des choses, les dernières vérifications procédurales sont en cours. Il convient de noter qu’à l’issue des diverses fouilles de routine effectuées par les autorités compétentes de la prison centrale de Kondengui, plusieurs détenus ont été retrouvés en possession d’objets, notamment : – d’énormes sommes d’argent ; – de nombreux appareils de communication, y compris des téléphones mobiles, des puces, des chargeurs et des batteries de téléphone, des clés USB, des clés Internet, des cartes mémoire ; – des appareils électroniques, y compris des ordinateurs, des ordinateurs portables, des tablettes ; – des armes tranchantes, notamment des poignards, couteaux, scies à métaux, tournevis, poinçons, lames, rasoirs et crampons ; – une quantité importante de chanvre indien et des cigarettes », a indiqué Réné Sadi au cours du point de presse.

Zéro mort à Buea, 20 personnes arrêtées

En ce qui concerne les incidents survenus le 23 juillet 2019 à la prison principale de Buea, au cours desquels les prisonniers insurgés ont utilisé la même procédure, en refusant obstinément tout dialogue avec les autorités administratives et pénitentiaires et en choisissant de saccager et de brûler les différentes installations de la prison, les forces de l’ordre qui ont été déployées pour rétablir le calme et l’ordre ont pu, selon les autorités, limiter les dégâts.

« La mutinerie orchestrée dans cet établissement pénitentiaire, comme vous le savez, n’a enregistré aucune perte en vies humaines. Entre-temps, deux éléments des forces de sécurité ont été blessés et 43 détenus parmi les insurgés ont été blessés, dont 20 ont été immédiatement soignés à l’infirmerie de la prison, et un autre détenu s’est précipité dans un hôpital voisin de la ville de Buea pour recevoir des soins médicaux. Au moment où nous parlons, l’état de santé de tous les blessés s’est considérablement amélioré, tandis que les procédures habituelles engagées contre les 20 insurgés identifiés comme leaders ont également été fermées », a indiqué le ministre Sadi.

Face à ces graves incidents perpétrés dans un environnement carcéral manifestement sensible, et face au problème récurrent de la surpopulation carcérale au Cameroun, Sadi a déclaré que le Président de la République, Son Excellence Paul Biya, a ordonné au Gouvernement de prendre toutes les mesures appropriées : – d’accélérer les procédures judiciaires en cours ; – de surveiller rigoureusement le renforcement des mesures disciplinaires dans tous les établissements pénitentiaires du pays ; – de renforcer et moderniser les moyens de contrôle et de surveillance des détenus ; – de décongestionner les différentes prisons surpeuplées ; – d’interdire fermement l’entrée et l’utilisation de tous outils et ingrédients interdits en prison par les règlements en vigueur.

« En outre, des instructions spéciales ont été données aux administrations sectorielles concernées afin d’agrandir les locaux de certaines prisons qui ont dépassé leur capacité », a révélé Sadi.

Le ministre de la Communication insiste sur le fait que les faits tels que rapportés par le gouvernement est toute la vérité, même si beaucoup sont ceux qui exigent la preuve de la vie des personnes exfiltrées des prisons.

« Ce qui précède est, Mesdames et Messieurs, la vérité sur la situation au lendemain des graves incidents survenus les 22 et 23 juillet dans les prisons de Kondengui et Buea. Avec le calme qui est revenu et les mesures prises à tous les niveaux, le Gouvernement exhorte les citoyens à respecter les lois et règlements de la République, et en particulier les détenus à se conformer aux mesures disciplinaires applicables », a déclaré Sadi.

Le porte-parole du gouvernement va plus loin : « Il en va de leur intérêt individuel et collectif ainsi que de l’autorité des pouvoirs en place, qui est et reste la garantie de la solidité et de la stabilité de nos institutions. Conformément aux directives spéciales du Chef de l’Etat, et en ce qui concerne sa part de responsabilité dans l’accélération des procédures judiciaires en cours, le Gouvernement réaffirme par la présente sa volonté d’œuvrer efficacement pour assurer, avec la diligence requise, la conduite des procédures nécessaires, dans le strict respect de l’ordre juridique établi ».

Source: camerounweb.com

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here