Epervier: Voici pourquoi Ernest DIKOUM est interdit de sortie du territoire Camerounais

0

L’information est rapportée par EcoMatin sur son site internet. Ernest Dikoum, ex-directeur général de la Cameroon Airlines Corporation (Camair-co) est interdit de sortie du territoire camerounais. Licencié à la surprise générale le 27 mai 2019 par un décret présidentiel en remplacement de Louis Georges Njipendi, Ernest Dikoum, rapporte notre source, est privé de déplacement vers l’étranger le temps de réaliser un audit sur la comptabilité de sa gestion depuis 2016.

Pour les observateurs, indique le journal, cette interdiction de sortie du territoire semble un peu surprenante quand on sait que M. Dikoum, ancien directeur régional de la compagnie Emirates pour le Sénégal et la Guinée, avait suscité au sein de l’opinion publique l’espoir d’un redécollage et d’une sortie de crise à Camair-Co. Ses performances en 2018 ont d’ailleurs été félicitées par plus d’un. Notamment au niveau du trafic (343 000 passagers, +46% par rapport à 2017) et du chiffre d’affaires de l’entreprise passé de 5 milliards en 2016 à 26,6 milliards FCFA en 2018.

Seulement depuis le début de l’année 2019, la compagnie aérienne nationale a reviré vers son interminable zone de turbulence. Elle a interrompu ses vols régionaux, faute d’avions. Ses 6 aéronefs sont tous cloués sur le tarmac. La problématique des arriérés de salaire du personnel a resurgi. Ses dernières semaines à la tête de l’«Etoile du Cameroun » ont été marquées par un différend avec Louis Georges Njipendi, alors Pca de l’entreprise. Début mai, par courriers interposés, les deux hommes croisaient le fer sur le choix d’un Embraer.

Pour rappel, ce n’est pas la première fois qu’un ancien dirigeant de la Camair-co se voit interdit de quitter le pays. L’on se souvient par exemple que le prédécesseur d’Ernest Dikoum, Jean Paul Nana Sandjo, DG entre 2014-2016, avait été interpellé par les pouvoirs publics en vue d’auditer son mandat à la tête de la compagnie nationale. L’époux de la célèbre musicienne Grace Decca était reproché de malversations financières.

À l’issue de l’enquête son passeport lui avait été finalement restitué. Si le reste des anciens dirigeants de la compagnie (le Néerlandais Alex Van Elk, son compatriote Matthij Boertien, le Camerounais Frédéric Mbotto Edimo) n’ont pas fait l’objet de cette interdiction, il n’en demeure pas moins que chacun de ces hauts dirigeants de l’« Etoile du Cameroun » a subi une enquête permettant de dresser la gestion comptable et financière au cours de son mandat.

Source: actucameroun.com

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here