Epervier: Voici pourquoi une proche d’Amougou Belinga est attendue ce lundi au TCS

0

Suite à nos dénonciations de la séquestration d’Emmanuel Leubou (chef de la cellule informatique de la direction de la dépense du personnel et des pensions au ministère des Finances) et du réseau mafieux d’avances de solde fictives au ministère des Finances qui le maintien en captivité à la prison centrale de Kondengui, les choses commencent à bouger. D’après une source très introduite au Tribunal criminel spécial (TCS) à Yaoundé, Madame Leufang, chef service des oppositions à la direction du Trésor est attendue lundi 30 septembre prochain au TCS.

Le 2 mai 2018, Dame Leufang était convoquée au TCS pour une confrontation avec Emmanuel Leubou qui l’avait cité dans une lettre de dénonciation pour malversations financières à travers des mécanismes d’octroi d’avance de solde fictives à des hauts gradés de la police, de la gendarmerie, de l’armée et des hauts fonctionnaires. Mais elle ne s’est pas présentée parce qu’elle avait quitté le Cameroun quelques jours plus tôt pour se retrouver au Nigeria.

Madame Leufang n’est ni plus ni moins que la sœur de Sarah Itambi Amougou, magistrate à la Cour Suprême du Cameroun et épouse de Jean Pierre Amougou Belinga, Président-Directeur Général du groupe de presse l’Anecdote et ami personnel du tout puissant ministre de la Justice, Laurent Esso. C’est ce qui explique que Madame Leufang continuait de circuler librement sans être inquiétée alors qu’elle est l’accusée principale dans cette affaire. C’est Sarah Amougou qui a commandité l’arrestation d’Emmanuel Leubou, “l’empêcheur de piller en rond”. Mme Leufang, Hubert Abena (prédécesseur d’Emmanuel Leubou) et Onguene du centre national de développement informatique (CENADi) constituent la plaque tournante du réseau d’octroi d’avance de solde fictive au ministère des Finances. Il ne s’agit donc pas d’une affaire de fonctionnaires fictifs car le ministère des Finances ne créé pas de matricules.

Osons croire que la convocation de Madame Leufang au TCS contribuera à la manifestation de la vérité et qu’il ne s’agit pas pour la maffia de sacrifier un de ses adeptes pour se donner de la vertu et continuer à exister. De sources dignes foi, après la publication du Tome II du Leubougate, Sarah Amougou, Hubert Abena, le Commissaire Vincent de Paul Meva’a (homme de main de Martin Mbarga Nguele, patron de police) et Onguene du Cenadi ont tenu une réunion d’urgence sur la suite à donner à cette affaire. Cette convocation de dame Leufang est dans doute l’une des résolutions de ladite réunion. Affaire à suivre !

Source: hurinews.com

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here