Financement des ambazoniens: voici pourquoi la Norvège se rend complice du ‘terrorisme’

0

Au mépris du mandat d’arrêt international émis contre terroriste Ayaba Cho coordonnateur de deux camps de mercenaires dans le NO/SO et commanditaire 28 cas de viol sur mineurs, de l’exécution de 4 policiers et 3 Gendarmes, des incendies de 22 écoles et 4 Hôpitaux, contre toute attente, est tranquillement hébergé par le Premier Ministre norvégien, qui de surcroit a décidé de faire entrave à la justice camerounaise en lui octroyant la nationalité.

Déterminé à mettre la main sur ce dangereux terroriste, le Gouvernement camerounais est depuis lors engagé dans de prometteuses démarches diplomatiques en vue de l’extradition et du jugement de ce criminel par les juridictions du Cameroun.

Ce pays nordique, scandinave, est définitivement une terre d’accueil et de repos pour certains camerounais qui ont rendez avec la justice, du fait d’avoir commis des crimes d’une extrême gravité. La Norvège se dit promoteur des droits universels comme la France, les Etats-Unis et bien d’autres, a récemment octroyé sa nationalisé à un assassin de grand chemin, le nommé Ayaba chou, dont la seule prononciation du patronyme fait trembler plus d’un dans les régions anglophones. Comment peut-on encore donner la nationalité norvégienne à un ambazonien au nom d’Ayaba cho ?

Ce terroriste fait pourtant, l’objet d’un mandat d’arrêt international délivré par les autorités compétentes. Cet homme coordonnait 02 camps de terroristes dans la ville de Batibo, son village natal dans la région du Nord-ouest. Ce délinquant est accusé par la justice, d’un nombre impressionnant d’actes qui vont de l’atteinte à la sureté de l’Etat aux crimes contre l’humanité, réprimés par la Cour Pénale Internationale (CPI). Cela ne fait plus l’objet d’aucun doute, le Cameroun a mal à ses fils en interne et à ses partenaires en externe. Au moment où le climat sociopolitique atteint un seuil très inquiétant avec notamment les désertions par les populations des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest après l’annonce des activités des ambazoniens qui prévoient des exactions de masse après la condamnation de plusieurs de leurs leaders par le tribunal militaire, la Norvège elle, s’attelle à protéger l’impunité.


Flagrant délit la Norvège au cœur du financement et du séparatisme au Cameroun 

Au moment où les camerounais jubilent encore la condamnation des auteurs de la crise anglophone notamment Ayuk Tabe et Cie, le Premier ministre norvégien lui, octroie la nationalité de son pays à ce terroriste sécessionniste qui dirigeait de façon sanglante, deux camps ambazoniens à Batibo, dans la région du Nord-ouest. Pourtant, aux côtés des viols et autres crimes, c’est lui qui avait enlevé et tué le sous-préfet de cette localité après l’avoir torturé, au mépris du droit universel à la vie, consacré par le droit international que les occidentaux dont les norvégiens complices de ces massacres, demandent aux africains de respecter ardemment. Ayaba Cho est accusé de viols sur plus de 28 jeunes filles, d’avoir organisé avec ses éléments l’exécution de 04 policiers et 03 gendarmes, d’avoir kidnappé, découpé et enterré le souspréfet de Batibo, d’incendier plus de 22 écoles et 04 hôpitaux, d’avoir découpé les doigts de plusieurs enseignants entre autres. Lorsque les forces de défense et de sécurité ont réussi à pénétrer les deux camps que dirigeait Ayaba Cho, ce dernier s’est échappé avec bon nombre de ses camarades d’armes.

Dans ces camps tombés entre les mains de l’Armée camerounaise, on a retrouvé les 28 filles kidnappées âgées de 12 à 15 ans et lors des consultations médicales qui ont été effectuées sur elles, 18 étaient atteintes du VIH Sida et plus d’une vingtaine enceintes. On y a également retrouvé 42 fusils de fabrication artisanale, 20 kg de cocaïne, plus de 3000 munitions, des centaines de cartons de Klassadof. Dans ces camps, ils avaient enterré des personnes qu’ils avaient tuées parce qu’ils ne respectaient pas les villes mortes.

Source: La République Presse

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here