‘Guerre’ entre Kamto et Kingué: Patrice Nganang tranche !

0

La toile s’est étonnée ces derniers jours des violents clashs de Paul Eric Kingué contre Maurice Kamto, le leader du MRC mais aussi son allié à la présidentielle 2018. Patrice Nganang regarde d’un autre œil les derniers développements des relations entre les deux hommes politiques.

Il explique les propos « déplacés » de Kingué à Kamto sur la base d’une différence de génération. Paul Eric Kingué qui est plus fougueux, fait partie de sa génération qui a une liberté de parole et Maurice Kamto, le silencieux tout comme Biya, toujours dans la peau d’un chef qui ne parle avec personne et qui a ses créatures prêts à l’adorer.

Voici l’intégralité de son post

Paul Eric Kingue est de ma generation. Il y’a une chose essentielle qui est liée a celle-ci, la liberté de ton et de parole dont vous avez sans doute l’habitude sur ma page. Elle a été arrachée dans le sang, dans des meetings dont nos enfants n’ont même pas mémoire, eux qui sont heureux de voir trente personnes marcher derrière eux ou être dans une salle de réunion et se disent populaires.

Ce n’est pas le culte de l’ego surdimensionné comme je lis ici et là , c’est tout simplement un processus de communication qu’a si bien expliqué le philosophe allemand Juergen Habermas, qui se déroule devant nous: la légitimation par la communication. Je vais expliquer cela ainsi. Il y’a deux types d’autorité, une, française, ancien style, qui est fondée dans le silence et la violence. C’est le style de Biya – le chef ne parle avec personne. Il tient un ou deux discours par an, quelques conseils de ministres et chacun est lié à ses silences autant qu’à son absence, et quiconque diverge de cela découvre sa ‘faute’ uniquement quand il est massacré: jeté en prison, écrasé, car un tel chef a besoin de ‘créatures’, pour fonder son autorité qui est violence. Là c’est le style français.

Le style américain est fondé dans la communication permanente qui fait que chacun est partie prenante du processus (primaires, débats, débats, débats), et donc légitimise la décision finale parce qu’on en fait partie, ou du moins, on a été là quand elle a été prise, ou alors discutée ou même quand on a échangé dessus, même si on n’a pas donné son opinion à ce moment là . La police, la gendarmerie, la prison, les militaires (BIR, BIM, etc.) bref le massacrage de la dissidence résolvent les problèmes du premier style de management, tandis que la technologie (Conférence call, Vidéo-Conférence call, FB Working Group, WhatsApp Working Group, Zoom, etc.) résolvent les problèmes du deuxième style de management.

Ma génération qui a pris la parole au Parlement, qui est donc la communication 1.0, a pris en chemin l’habitude de la communication 2.0. Paul Eric Kingue est absolument versatile sur FB, et sur WhatsApp, qu’il navigue sans problème, y compris en prison. Il a une liberté de ton et d’expression qui fait de lui naturellement un membre de la génération qui est la mienne – et nous avons quasiment le même âge. Même Donald Trump a un compte Twitter, qu’il gère lui-même.

Question: Maurice Kamto a-t-il un compte Facebook? A-t-il un compte WhatsApp? Lui qui depuis sa liberation n’a plus pris la parole que par des communiqués tapés à la machine sinon lus d’un magistère absolu par Bibou Nissack, à partir du siège du parti, ou postés par lui sur un compte FB générique, à quelle génération de la communication politique appartient-il? À celle de Biya, française, ou a la nôtre, américaine?

Source: Patrice Nganang/https://www.camerounweb.com/CameroonHomePage/politics/Guerre-entre-Kamto-et-Kingu-Patrice-Nganang-tranche-474834?gallery=1

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here