Incarcération de Gilbert Baongla: Voici de nouvelles révélations effroyables

0

Le vice-président du parti républicain accuse les barons du régime de Yaoundé de musellement envers Georges Gilbert Baongla , président du parti républicain en détention provisoire à la prison centrale de kondengui à Yaoundé, pour une affaire de diffamation à l’encontre de Jean Pierre.

Cela fait deux mois que le ” fils aîné ” du chef de l’État Paul Biya séjourne dans les geôles de la prison centrale de Kondengui .Lui qui a d’ailleurs rendez-vous ce jour avec la justice camerounaise, qui doit jouer gros pour sa crédibilité selon Morgan palmer vice-président du parti républicain et président par intérim .Selon ce dernier, ce procès est tout sauf une affaire judiciaire mais plutôt politique.

« Officiellement c’est pour une affaire de diffamation. Une plainte pour diffamation que lui a apportée le président directeur général du groupe l’anecdote monsieur Jean pierre Amougou Belinga.

Et officieusement nous sommes sur une affaire politique, je vais vous dire pourquoi. Parce que la procédure de son arrestation est entachée de vice de procédure. Il n’a jamais été convoqué, or la loi dit que pour qu’on interpelle un citoyen il faut qu’il ait reçu trois vocations sans y déroger. Il n’a jamais été convoqué, il n’y a pas eu de mandat d’amener. Ensuite il a été placé en détention provisoire avant même d’être entendu. Voilà trois choses que je vous révèle qui fait que si nous sommes dans une affaire judiciaire, de justice, de droit. La procédure devrait être frappée de nullité. Mais parce que la loi est très claire dessus, quand il y a vice de procédure, toute la procédure est frappée de nullité.

Ce que le parquet même après ce que je viens de souligner ai fait prospérer cette affaire au point d’en arriver au procès inique que nous sommes en train de vivre en ce moment, cela montre qu’il y a eu une pression venue d’ailleurs. Est-ce de la magistrature suprême ? Ce n’est pas impossible. En tout cas ce que nous constatons c’est surtout un acteur majeur et positionner dans la guerre de succession muselée, qui est ouverte. Il y a une coalition pour museler le président du parti républicain. Aujourd’hui quasiment à deux mois de détention pour une affaire de diffamation présumée. », confie Morgan Palmer vice-président du parti républicain et porte-parole .

Lui qui a pris la tête du parti de Gilbert Baongla il y a quelques mois .Pour lui , il s’agit d’une incarcération politique et tout simplement une injustice qui ne fait pas honneur à la justice camerounaise. A titre de rappel Morgan Palmer fait savoir que « les faits qui lui sont reprochés remontent en date du 18 mai , les faits de diffamation sur une télévision de la place à l’encontre de Jean-Pierre Amougou Belinga. Mais il a été interpellé le 29 mai. La notion de flagrant délit dont ils parlent n’a pas lieu d’etre , parce que en droit pour le flagrant délit on parle des faits qui viennent de se commettre.»,révèle Morgan Palmer.

Il n’y a donc pas lieu de penser au flagrant délit comme arguent les magistrats sur l’affaire Baongla selon le porte-parole du parti républicain. L’audience de ce jour nourrit beaucoup d’attentes du côté du parti des républicains notamment la libération de leur président incarcéré pour les faits de diffamation.

Source: afrikinfo.net

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here