Kondengui: voici comment Laurent Esso a minutieusement organisé le soulèvement

0

C’est une révélation du lanceur d’alerte Boris Bertolt qui s’est basé sur les correspondances qui ont circulé quelques jours avant le drame. Selon lui, informé d’un possible soulèvement des prisonniers anglophones, Laurent Esso a refusé d’agir “pour faire porter le chapeau au MRC”.

Ci-dessous la révélation de Boris Bertolt

Alors que les vidéos montrent très bien que ce sont les détenus anglophones qui sont à l’origine du soulèvement de lundi dernier à la prison centrale de Yaoundé, ces deux correspondances de Laurent ESSO dont l’une intervient quelques jours avant le soulèvement montrent le complot contre le MRC. Ils étaient tous informés de la colère montante au sein de la prison mais n’ont rien fait. Ils ont joué le jeu du pourrissement.

En réalité, ils ont laissé le soulèvement se déclencher sans vouloir écouter les revendications des détenus anglophones, ils ont même provoqué la colère des détenus anglophones en les interdisant de se nourrir, ils ont refusé toute la journée de négocier avec les prisonniers pour intervenir dans la nuit et faire porter le chapeau au MRC. Car ils savaient que les détenus du MRC arbitrairement en prison allaient se jouindre aux anglophones.

Ce n’est pas pour rien que c’est un nombre de détenus précis qui ont été enlevé. Ils avaient les noms et les quartiers de ceux qu’ils cherchaient depuis des jours.

En réalité c’est la même chose qu’ils ont fait avec l’attaque des ambassades et c’est bien détaillé dans mon livre. Le complot contre Maurice KAMTO et le MRC est un complot permanent au Cameroun.

Source: camerounweb.com

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here