Kondengui: Voici les raisons cachées de la mutinerie

0

Lundi dernier, Yaoundé la capitale politique du Cameroun, a été le théâtre de violents mouvements d’humeur en sa surpeuplée ( euphémisme pour caractériser le traitement animal des détenus) prison centrale.

Voici le bilan de cette mutinerie qui a vu plusieurs coups de feu tirés dans l’air. Rappelons que la prison et alentours, ont été envahis lundi dernier, et par la police, et par la gendarmerie et par l’Armée.
Au cours de cette mutinerie qui a vu des centaines de détenus de la crise anglophone aussitôt joints par d’autres prisonniers, exprimer leur ras-le-bol, des prisonniers dits de luxe, ont été attaqués, puis blessés.

Parmi eux, Inoni Ephraim l’ancien Premier ministre, Urbain Olanguena Awono l’ancien ministre de la Santé publique. Selon des sources internes, d’autres prisonniers VIP, ont fait l’objet d’agressions physiques, mais sans dommages : Iya Mohammed l’ancien directeur général de la Sodecoton, et ancien président de la Fédération camerounaise de football; le Prof. Dieudonné Oyono, ancien recteur de l’Université de Douala; Basile Atangana Kouna, ancien ministre de l’Eau et de l’Energie. Les locaux de Dieudonné Oyono et d’Iya Mohammad, ont été saccagés. De ces émeutes, l’on apprend qu’Inoni Ephraim a été blessé à la cheville, tandis qu’Urbain Olanguena Awono, a été blessé à la tête. Nous ne sommes pas à mesure de confirmer ou d’infirmer des versions selon lesquelles ces derniers, auraient été admis dans un hôpital mieux loti de la capitale.

D’autres prisonniers dits fortunés, ont tout simplement été dépouillés de leurs biens: sommes d’argent, objets de valeur. On dirait une guerre entre prisonniers indigents, et prisonniers de la haute classe.
Deux blessures graves ainsi que quatre blessures légères ont aussi été signalées dans certains quartiers de la prison.

Pour ce qui est des dégâts matériels, le bureau du chef de la Discipline a été saccagé, celui des intendants, celui du surveillant général, celui de la sacristie ( religion catholique). Le portail du quartier 3 arraché.
La salle informatique détruite, la bibliothèque, la salle d’apprentissage de couture pour femmes. La prison centrale de Yaoundé ressemble à un champ de ruines.

Source: camer.be

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here