Maurice Kamto avant, pendant et après la présidentielle de 2018

0

Le Pr. Maurice KAMTO n’a jamais été mon enseignant. Je ne l’ai jamais rencontré de toute ma vie. Je ne lui ai même jamais parlé. Mais je l’ai écouté attentivement ces dix-huit derniers mois. J’ai observé ses faits et gestes, scruté ses déplacements à travers le pays, à la recherche du visage hideux que ses pourfendeurs m’avaient dépeint.

Pendant la campagne présidentielle

Ils m’avaient dit de lui qu’il était un intellectuel arrogant, aérien, nombriliste, imbu de sa personne et sans appétence. Mais j’ai découvert un père aimable, qui dormait et mangeait chez l’habitant, qui prenait dans ses bras jeunes et vieux sans tenir compte de la sobriété de leur accoutrement, encore moins de l’absence de rigueur de leur toilette. J’ai vu un homme combattif et d’une simplicité indescriptible, qui donnait un sens aux mots les plus simples de façon à remuer les entrailles de ceux qui l’écoutaient religieusement. Tantôt sous la lumière des torches des téléphones portables. Parfois sous une fine pluie. Il a sillonné villes et villages et est resté cohérent du début à la fin.

Ils m’avaient dit de lui qu’il n’était qu’un ancien profiteur du régime, un tribaliste invétéré qui aussitôt arrivé au pouvoir, arracherait les terres des autochtones pour les céder à ses “frères”. Mais j’ai découvert que 20% des terres arables du pays avaient déjà été cédées aux chinois. J’ai découvert que Ministre délégué, il n’a jamais inscrit l’un de ses enfants à l’ENAM, à l’IRIC ou à l’EMIA. Il m’a été rapporté que les enquêtes menées par les mêmes sur sa gestion de la plus grande faculté de droit du pays ont été infructueuses. Le “profiteur” n’avait donc rien emporté, même pas une épingle ! Le “tribaliste” s’était forgé des relations amicales et intimes dans toutes les régions du pays. Au point de donner la main de sa fille à un ressortissant d’une ethnie autre que la sienne, à qui l’on prête souvent la manie de collectionner les timbres.

Ils m’avaient dit de lui qu’il était le pion des intérêts étrangers, prêts à déstabiliser mon pays afin d’exploiter ses nombreuses richesses. Qu’il était la marionnette des “prisonniers de luxe”, prêts à tout pour recouvrer la liberté et leurs avantages. Mais qu’ai je découvert? Qu’il y a belle lurette que les ressources naturelles de mon pays étaient exploitées par les entreprises française, suisse, hollandaise et anglaise, lesquelles rémunéraient mes compatriotes au lance-pierre. J’ai eu le cœur brisé lorsque j’ai appris que la multiplicité des essences forestières, qui jadis faisaient notre fierté nationale, disparaîtront d’ici 2029 à cause de l’exploitation forestière anarchique du fils de l’autre et de ses amis. Il m’a été rapporté que la production pétrolière actuelle représente à peine le tiers de ce qu’elle était dans les années 80. Le comble a été de découvrir le pillage à ciel ouvert de nos minerais (or, diamant, nickel) par les asiatiques dans les conditions écologiques les plus effroyables, après avoir réduit la main d’œuvre locale à l’esclavage. Et j’ai compris pourquoi ces pays étrangers disent de l’autre qu’il est “le gage de la stabilité”, leur stabilité, pendant que notre pays brûle de l’Est à l’Ouest et de l’Extrême-Nord à l’Adamaoua…J’ai compris pourquoi ces intérêts étrangers ne voulaient pas de KAMTO, puisqu’ils avaient déjà leur pion. J’ai également découvert que les prisonniers de luxe continuaient à financer le parti des flammes de leurs cellules, d’où ils se font livrer cigars, champagne, caviar et minettes. J’ai mis la main sur des documents confidentiels attestant de ce que leurs biens n’avaient guère été confisqués, malgré la gravité de leurs rapines.

Après les élections présidentielles

Ils m’avaient prévenu qu’il était dans une logique d’accaparement du pouvoir pour le pouvoir, au besoin par les armes. Ils m’avaient prévenu de ce qu’il ne pouvait pas démonter leur système bien huilé de fraude. Mais j’ai découvert un patriote convaincu, un républicain qui a décliné la proposition de coup d’État faites par quelques officiers supérieurs de l’armée, quelques jours après son discours historique du 08 octobre 2019. J’ai vu un homme droit dans ses bottes qui disait vouloir revendiquer juridiquement et pacifiquement sa victoire volée à l’élection présidentielle. Et il s’y est tenu. La preuve, le monde entier et l’Union africaine ont assisté médusé à la défaite juridique, judiciaire, diplomatique et médiatique du prétendu ” homme lion”.

Pendant tout ce temps, en face, ils ont multiplié les menaces et les motions de censure. Oubliant d’une part, de présenter le bilan de 36 années d’échec et de “cancritude” et, d’autre part, d’appliquer un programme politique inexistant, dix mois après les élections. Dépités du fait qu’en voulant jeter Maurice KAMTO en pâture aux chiens, ils l’avaient plutôt porté sous les feux de la rampe, dans un dernier baroud d’honneur ils l’ont enlevé de manière autant cavalière qu’arbitraire avec plus de deux cent de ses partisans. Parce qu’il réclamait une commission d’enquête sur le pillage de la CAN 2019 ainsi que l’amorce d’un dialogue inclusif dans les régions anglophones du pays, ils l’ont menotté, l’ont humilié, l’ont déporté, l’ont affamé, l’ont couvert d’injures et trainé son nom dans la boue, oubliant qu’il avait joué un rôle déterminant dans la préservation de l’intégrité du territoire national, notre territoire. Ils l’ont jeté dans une prison infecte comme Daniel dans la fosse aux lions, sans mandat d’arrêt ni preuves, afin de susciter la peur chez ses partisans, mais surtout chez les indécis auxquels j’appartenais il y a peu.

Ma conviction profonde du KAMTO que je connais

Mais ils ont renforcé ma conviction, celle selon laquelle KAMTO est innocent de tout ce dont on l’accuse, celle selon laquelle son dossier auprès du Tribunal militaire est vide, en somme l’évidence de son statut de prisonnier politique.

Sinon comment comprendre un tel acharnement envers un homme et ses militants. Ces derniers ont reçu des balles, ont été roués de coups et humiliés, ont été torturés et déportés, ont eu les parties génitales électrocutées par des barbouzes. Comment comprendre la propagande génocidaire en miroir dont nous ont abreuvé les médias d’État ainsi que la presse privée nationale de caniveau depuis un an et demi, sans qu’aucune sanction ne soit prise à leur encontre ? Pourquoi 71% a-t-il peur du recomptage proposé par 14%?

J’ai décidé de ne plus me taire. J’ai décidé d’être du côté de la vérité et de la justice. J’ai décidé de suivre la voie du Maurice KAMTO que je connais et en qui j’ai pleine confiance. Libérez le et libérez ses partisans car ils sont innocents !

Source:https://www.camerounweb.com/CameroonHomePage/features/Maurice-Kamto-avant-pendant-et-apr-s-la-pr-sidentielle-de-2018-470208

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here