Militants de la BAS attaqués en France: voici ce qui s’est réellement passé

0

En visite officielle dans l’hexagone, le président Paul Biya bénéficie de la garde du SDLP, qui est un service de la police nationale française, chargé entre autres, de la sécurité des visites officielles en France.

Ainsi, c’est sous très haute surveillance que le président camerounais, Paul Biya, cible de certains groupes de contestataires, séjourne dans la ville de Lyon depuis le 08 octobre 2019 pour la sixième conférence de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.
A cette occasion, l’hôtel de ville de Lyon où se sont déroulées du 09 au 10 octobre les activités du sommet sur les pandémies, et la résidence provisoire de Paul Biya, ont été transformés en camp de tranchée, des lieux complètement bouclés par des éléments de forces de l’ordre.

Malgré cette sécurité maximale, les opposants camerounais de la diaspora, sont venus en nombre pour manifester contre la présence de Paul Biya en France. « Nous sommes ici à Lyon pour demander aux français de renvoyer le dictateur Paul Biya chez lui au Cameroun. Vous n’avez pas honte de protéger un assassin grabataire ? Nous demandons à Emmanuel Macron de ne plus recevoir les criminels, les génocidaires » ont clamé certains leaders de la contestation devant l’hôtel de ville de Lyon et ensuite devant la résidence du chef de l’Etat camerounais, brandissant des banderoles avec des messages hostiles au régime de Yaoundé.
A un moment, la police a dû tirer du gaz lacrymogène pour tenir à distance les manifestants très agités.

Mais, c’est pendant les disputes entre les tontinards (anti-Biya) et les sardinards (pro-Biya) que certains manifestants ont été blessés ou violentés. Un certain Billy, partisan de l’homme du Renouveau au pouvoir depuis 37 ans, a donné une claque très appuyée à un contestataire qui s’est retrouvé au sol. Une autre militante de l’opposition, surnommée Amazone Savana, s’en tire avec une jambe fracturée.

« Retenez que ce sont les sardinards qui ont tapé sur cette amazone. Nous allons nous venger, le combat continue » a réagi l’un des leaders des Amazones, dans une vidéo postée sur la toile.

Avant de se donner rendez-vous pour la suite des manifestations « jusqu’au retour de Paul Biya au Cameroun », la branche française de la Brigarde anti-sardinards, a publié sur sa page facebook, un reportage de la chaine de télévision locale BFM sur la manifestation de ce jeudi à Lyon. « Objectif atteint » se félicitent les contestataires.

Source: cameroon-info.net

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here