Mutinerie de Kondengui: Laurent Esso passe (enfin) aux aveux, voici les détails!

0

Face aux graves incidents perpétrés dans un univers carcéral d’une évidente sensibilité, et au regard de la problématique récurrente liée à la surpopulation en milieu pénitentiaire au Cameroun, le président de la République, Paul Biya, a prescrit au gouvernement, de prendre toutes les mesures appropriées en vue: d’accélérer les procédures judiciaires en cours; de veiller de façon rigoureuse au renforcement de la discipline dans tous les établissements pénitentiaires du pays ; de renforcer et de moderniser les moyens de contrôle et de suivi des prisonniers; de procéder à un désen-gorgement des – différents établissements pénitentiaires dont la surpopulation est avérée; de proscrire fermement l’entrée et l’usage de tous les outils et ingrédients interdits par la réglementation en vigueur en milieu carcéral.

Au cours des récentes rencontres des services centraux et déconcentrés du ministère de la Justice, le ministre d’Etat en charge de la justice (Minjustice) a pourfendu les comportements déviants, empreints de Par Marie Flore Nguimbous corruption et de lenteurs préjudiciables à l’administration de la justice.

Une sortie ferme du Minjustice qui, aux yeux de nombreux observateurs sonne comme un aveu. Ce d’autant plus qu’au lendemain de la mutinerie du 22 juillet 2019à la prison centrale de Kondengui, des voix tendant à défendre le silence complet du ministre d’Etat, de son ministre délégué et du secrétaire d’Etat en charge des affaires pénitentiaires, avaient rendu responsables le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (Mindef), Joseph Beti As-somo, et le ministre d’Etat secrétaire général à la présidence de la République (Sgpr), Ferdinand Ngoh Ngoh.

Or, le chef de l’Etat bien informé de la situation avait en outre, prescrit des instructions particulières aux administrations sectorielles compétentes en la matière, s’agissant de l’extension des locaux de cer-tains établissements pénitentiaires, dont la capacité d’accueil est aujourd’hui dépassée.

«Le calme étant revend et les mesures consécutives étant prises à tous les niveaux, le gouvernement en appelle instamment, au respect par tous les citoyens, des lois et règlements de la République, et singulièrement, au respect de la discipline par les personnes détenues en milieu carcéral. Il y va de leur intérêt individuel et collectif, comme de l’autorité des pouvoirs publics, qui est et demeure le gage de la solidité et de la stabilité de nos institutions. Conformément aux très hautes directives du chef de L’Etat, et s’agissant de sa part de responsabilité dans l’accélération des procédures judiciaires en cours, le gouvernement réaffirme sa détermination à œuvrer utilement, pour assurer les diligences nécessaires, dans le strict respect de l’ordre légal établi, Indiquait un communiqué du Sgpr.

Des directives que le Minjustice s’emploie à mettre en œuvre depuis lors. Dans l’intervalle, le ministre d’Etat de la justice a demandé aux magistrats de lui faire des propositions sur les mécanismes tant législatifs que factuels qui permettront de lutter contre les lenteurs judiciaires en matière pénale. Un chantier qui ne peut pas seulement concerner les magistrats.

Mais une importante réforme qui nécessite absolument une concertation plus large des professions judiciaires. Preuve également que la stratégie qui a consisté à faire fuiter des documents au lendemain des événements de Kondengui dans le sens de faire porter le chapeau à d’autres, a fait long feu.

Source: camerounlink.com

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here