Nouveau meeting de Kamto: la tension monte déjà au MRC, voici pourquoi!

0

La manifestation de lancement de la tournée nationale du président du Mrc est programmée le samedi 02 novembre prochain, à l’esplanade du stade Ahmadou Ahidjo.

Sa campagne à l’occasion de l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 a été très courue. Un an après, Maurice Kamto entend mesurer à nouveau sa popularité. Et au-delà d’un simple rappel des troupes, il s’agit pour lui de remobiliser les électeurs dans la perspectives des législatives et municipales prévues théoriquement en début d’année 2020.

Détenu pendant neuf mois à la prison centrale de Yaoundé-Kondengui en compagnie d’une centaine de militants et alliés de son parti, le candidat officiellement classé deuxième au terme du dernier scrutin présidentiel avec 14,23% des suffrages a convoqué pour ce samedi 02 novembre, un giga-meeting à l’esplanade du stage Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Il s’inscrit dans le cadre d’une tournée nationale qu’engage le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc).

Le même jour, un grand nombre de fédérations du parti a programmé des meetings dans certains chefslieux de départements. Mais au moment où nous mettions sous presse, aucune de ces réunions n’avait encore été autorisée. Pire, le meeting du 1er novembre dans l’arrondissement d’Ebolowa 2e (Sud), initialement autorisé par le sous-préfet André Francis Obam, n’aura plus lieu.

Invoquant des menaces de trouble à l’ordre public, l’autorité administrative est, en effet, revenue sur sa décision après avoir reçu une déclaration de manifestation publique de même nature du Rassemblement démocratique du peuple du peuple camerounais (Rdpc) aux mêmes date, heure et lieu. Craignant donc d’éventuelles « tensions, provocations et affrontements entre les deux camps », le sous-préfet a interdit les deux meetings prévus au stade municipal d’Ebolowa.

Alors que le parti au pouvoir prévoit des manifestations géantes sur l’ensemble du territoire national à l’occasion de la célébration de l’an 37 de l’accession de Paul Biya à la magistrature suprême, le 06 novembre prochain, le Mrc soutient que le meeting anticipé du 02 novembre n’a qu’une seule finalité : « contrecarrer sa réunion et empêcher la libre expression des opinions », dénonce un cadre du parti.

Nouvelles arrestations

La tension monte au sein de son directoire national. A l’ouverture d’une rencontre des femmes du Mrc hier à Yaoundé, Maurice Kamto a déclaré que « coûte que vaille », il tiendrait ses meetings du 02 novembre à Yaoundé et du 09 novembre à Douala. Joint au téléphone hier mercredi, son secrétaire national à la communication, Sosthène Médard Litpoth, a indiqué toutes les manifestations planifiées par le Mrc ont été déclarées ainsi que le prévoit la loi.

Dans une interview accordée à Radio France internationale (Rfi) au lendemain de la libération de Maurice Kamto et les siens, le 05 octobre dernier, le ministre de la Communication, René Sadi, avait appelé ces derniers à « revenir à la raison ». Entendez : ils doivent « arrêter cette espèce de théâtralisation qui n’a pas lieu d’être dans la mesure où ils contestent une situation incontestable », avait poursuivi l’ex-ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.

« Les choses répétées plaisent », dit l’aphorisme. Le climat politique de l’après-présidentielle 2018 se reproduit progressivement, sur fond de raidissement des positions. La journée de samedi prochain pourrait bien se solder par de nouvelles arrestations dans les rangs du Mrc.

Source: Mutations No 4972

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here