‘Paul Biya est une bête du pouvoir’, voici pourquoi!

0

La question autour de la forme de l’État au Cameroun ne cesse de se poser. Dans ce débat, deux camps s’affrontent. D’un côté, il y en a qui estiment que l’État du Cameroun devrait conserver sa forme actuelle et accélérer plutôt la décentralisation.

Par contre, l’autre camp suggère le retour à l’Etat initial, c’est à dire, le fédéralisme. Pour eux, cela contribuerait à apaiser les tensions sociales. C’est le cas de Dieudonné Essomba, économiste camerounais qui révèle que le chef de l’Etat a finalement compris les enjeux de ce fédéralisme.

Dans une sortie sur son compte Facebook, le consultant de la chaine de Vision4 indique que le Cameroun est en train d’amorcer le pan du fédéralisme.

«?Je vous ai dit dès le départ que le Cameroun va à la Fédération. Des informations courent sur une éventuelle rencontre entre les émissaires du Président Biya et quelques mouvements séparatistes ambazoniens. Je ne peux savoir quelle est la fiabilité de cette information qu’on trouve partout dans le NET, mais si cela se révèle vrai, alors la dynamique fédéraliste s’accélère. Il ne pouvait d’ailleurs en être autrement?! Car il est de fait évident que, d’une part, le terme “unitaire” était lui-même devenu le carburant de la guerre, les anglophones ne pouvant plus jamais revenir à l’État unitaire, même après 1000 ans de guerre. D’autre part, la séparation est inenvisageable?»?; écrit Dieudonné Essomba.

Selon lui, «?la seule perspective de débat porte sur le modèle fédéral à mettre en place?».

«?Ceux qui ont cru que Biya allait s’arc-bouter jusqu’au suicide, jusqu’à la folie dans son modèle doivent ravaler leurs idiotes espérances. Biya est une bête du pouvoir et il sait ce qui peut le perdre. C’est un individu pragmatique qui sait quand il doit reculer : il l’a montré à plusieurs reprises et il fera ce qu’il faut pour ramener la paix?», argumente-t-il sur son compte Facebook.

L’économiste rassure par la suite que Paul Biya sera lui-même l’initiateur du fédéralisme, et ceci sans ambages : «?Attendez-vous à ce que lui-même fédéralise le Cameroun, sans le moindre état d’âme?! Plutôt donc que de perdre le temps dans de stériles combats de pouvoir?; il est sage que chaque segment ethnorégional se prépare activement à l’évènement de ce beau système?».

Pour ce faire, le consultant de l’émission Club d’Élites sur Vision4 énonce les points susceptibles d’être abordés pour un fédéralisme équitable

«?Que les 4 principales balises d’un État fédéral au Cameroun soient discutées, à savoir :

– La création des États et leurs éventuelles modifications, même s’il faut s’attendre dans un premier temps à l’érection des Régions actuelles en États?;

– La définition des Territoires fédéraux ressortant de l’autorité directe de la Fédération?;

– Le partage des missions et des ressources entre la Fédération et les États fédérés?;

– La citoyenneté des États, point central où se tiraillent les partisans de la fédération résidentielle (États-Unis, Allemagne, Australie, etc.) et lespartisans de la fédération communautaire (Éthiopie, Malaisie, Suisse, etc.)?;

– Le régime de la Fédération, qui peut être présidentiel comme au Nigeria ou aux USA, ou parlementaire comme en Allemagne, voire collégial comme en Suisse ou rotatif comme aux Émirats-Unis.?»?; peut-on lire.

Pour conclure, Dieudoné Essomba affirme que le fédéralisme est la seule piste qui conduit à la fois au décollage du développement, et à la sortie des dérives sociales : «?Car, encore une fois de plus, la Fédération est irréversible au Cameroun. Afin de débarrasser le Cameroun à tout jamais de cet État unitaire maudit qui a étouffé le pays, amplifié la haine et plombé tous les efforts de développement?».

Source: lebledparle.com

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here