Pression de USA: Paul Biya va-t-il enfin libérer Maurice Kamto ?

0

Dans une Résolution du 23 juillet dernier, la Chambre des Représentants des Etats-Unis, réitère l’exigence de libérer le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun avec sa famille politique et ses alliés, considérés comme des prisonniers politiques.

Dans la résolution H. Res. 358, le Sénat de la première puissance mondiale demeure fidèle à sa résolution de mai dernier, qui par aitleurs est la position constante de ta diplomatie américaine. On se souvient, qu’au cours de sa visite au Cameroun en mars dernier, Tibor Peter Nagy, le Sous-secrétaire d’Etat américain pour les Affaires africaines, avait déjà annoncé les couleurs.

L’embastillement du principal opposant de Paul Biya au sortir des urnes du 7 octobre faisait, comme on le découvrait à Yaoundé, du grand bruit dans les couloirs du Département d’Etats américain.

Alors qu’il était encore en France, en chemin pour le Cameroun, le missionnaire de Donald Trump en Afrique déclara qu’il ne devait pas passer par quatre chemins pour demander au pouvoir de Yaoundé, de le libérer sans condition, car affirmait-il, s’il n’est pas arrêté pour l’exercice de ses activités politiques, tout cela a tout l’air comme.

Il faut d’ailleurs préciser qu’en mai dernier déjà, le Sénat américain était déjà monté au créneau pour demander l’élargissement de l’homme politique et de ses alliés. Depuis lors, si le gouvernement camerounais a réagi sur la question, c’est pour libérer quelques dizaines de militants de ce parti, sans qu’une seule des têtes couronnées soit concernée, si on excepte le chef coutumier Effa, conseiller de Maurice Kamto.

Il en va de même de tous les alliés qui sont toujours en prison. On en était à se demander ce que valent en réalité les Résolutions américaines, que voici, juste deux mois après, un autre acte sénatorial tombe, cette fois, un peu plus précis et percutant. Cet acte engage la responsabilité du gouvernement de Paul Biya sur toute la ligne.

« Le gouvernement camerounais a arrêté l’opposant, le dirigeant Maurice Kamto et environ 150 membres du parti le Mouvement pou la renaissance du Camerounaise à la suite des manifestations pacifiques du 26 janvier 2019, les accusant de crimes pouvant entraîner la peine de mort et le traitement de leurs affaires devant le tribunal militaire, même si ce sont des civils », établit la Résolution.

Par ailleurs, il est reproché au pouvoir camerounais de plomber les activités de ce parti par des interdictions systématiques de manifester ou même l’immixtion des forces de sécurité dans le processus d’enregistrement du Mrc à Yaoundé, Douala et Bafoussam en février 2019.

C’est fort de tout ceci que la Chambre des représentants exige la libération « des dirigeants et les membres du parti le Mouvement pou la renaissance du Cameroun qui étaient arrêtés à la suite de leurs manifestations pacifiques et veillent à ce que ce parti, comme d’autres, puisse participer sans entraves aux prochaines élections municipales, parlementaires et régionales ».

Comme on le voit, les Américains, sont déjà opposés à toutes manœuvres visant à entraver tel acteur ou tel parti à participer aux différentes élections.

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here