Prison à vie pour Ayuk Tabe et Cie: voici ce qui risque de se passer

0

Les leaders séparatistes ont pris une condamnation à vie au tribunal militaire de Yaoundé. Assortie d’une amende de 250 milliards CFA. Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) dénonce un procès scandaleux au cours d’un point de presse à chaud à son siège de Douala.

Une décision aux ordres

Les oreilles étaient suspendues au tribunal militaire de Yaoundé, au cours du procès des leaders séparatistes dans le cadre de la crise anglophones. Au petit matin du 21 aout 2019, le verdict est tombé : sec et dur. Condamnation à vie des dix leaders séparatistes assortie d’une amende de 250 milliards CFA.

Le Redhac est monté au créneau pour fustiger « un procès scandaleux en violation flagrante de toutes les règles et procédures judiciaires, au mépris total des directives et principes sur le droit à un procès équitable et à l’assistance judiciaire en Afrique au terme de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) dont le Cameroun est membre signataire » Une preuve que le judiciaire est inféodé à l’exécutif et que cette décision vient d‘en haut. Et le Redhac est convaincu de la « non séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire ».

Pour le pourrissement du NOSO

Pour l’organisation de défense des doits humains, Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une tentative délibérée et manifeste du régime de Yaoundé de créer le pourrissement total de la situation dans les régions du Nord Ouest et du Sud Ouest.

Qui survient dans un contexte pourtant marqué par une campagne de retour à l’école dans cette partie en crise baptisée Back2School initiée faut-il le rappeler par les sieurs AYUK SISIKU TABE ET MANCHO BIBIXY. Mais aussi du Tweet du Président de la République qui prônait le pardon et la mise en place du dialogue ayant conduit à l’amorce d’un prétendu dialogue à Genève en Suisse pour trouver des voies et moyens d’un retour à la paix.

Il faut faire quelque chose

Pour y parvenir, le Redhac demande à l’Etat du Cameroun de se soumettre à une mission indépendante et internationale d’établissement des faits concernant des allégations graves des violations et des exactions des Droits Humains au Nord Ouest et Sud Ouest, tout comme à l’extrême Nord du Cameroun.

Il urge également la mise en place d’un cadre propice pour un cessez-le-feu immédiat afin de créer les conditions de la mise en place de la Commission Vérité Justice et Réconciliation pour un Cameroun de sécurité pour tous, justice équitable, paix durable, et développement pérenne.

Source: camer.be

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here