Prisons du Cameroun: découvrez ces vérités que les autorités cachent !

0

C’est le titre d’un article du quotidien Mutations en kiosque ce 24 juillet 2019.

Dans cet article du journal Mutations de ce jour, il est fait une sorte de comparaison entre l’enfer et les prisons camerounaises. Notre confrère compare les prisons camerounaises à la description que fait l’auteur américain, Stephen King dans son recueil de nouvelles, «Brume». L’auteur dit «il est des visions d’une horreur pétrifiante…».

Seulement, notre confrère dit que les prisons camerounaises sont d’une monstruosité supérieure à celles que l’auteur américain présente dans son ouvrage. Pour le journal, dans la quête d’inspiration de l’auteur, s’il lui venait «à l’idée de séjourner dans l’une des prisons Camerounaises pour embaumer son cerveau des réalités locales… Il verrait une pluie d’urines, des batailles rangées avec comme munitions, des excréments. Des humains – plutôt des restes d’humains – entassés les uns sur les autres comme du bétail voué à l’échafaud, des bâtiments insalubres et crasseux à souhait… Il faudrait peut-être aussi qu’il trouve le moyen de survivre à l’odeur qui règne dans les quartiers mal famés de ces bagnes; une odeur à assommer un taureau».

Les prisons camerounaises sont surpeuplées. «En septembre 2015, le gouvernement indiquait que les prisons du pays abritaient 26 702 détenus pour une capacité de 17 000 places. Avec les multiples arrestations dans le cadre de la lutte contre Boko Haram; dans la guerre du Nord-Ouest et du Sud-Ouest; aussi la crise post-électorale, ces chiffres ont sans doute gonflé», précise le journal.

Le journal continue en disant que, «dans son rapport pays annuel de 2018 sur le Cameroun, Amnesty International renseigne que la prison de Maroua accueillait 1500 détenus, soit plus de quatre fois la capacité prévue. La population de la prison centrale de Yaoundé était quant à elle à environ 5000 détenus alors que sa capacité maximale est de 1500 prisonniers».

Il y a plus de prévenus dans les prisons du Cameroun que de condamnés. Pour notre confrère, les prisons devraient cesser d’être un enfer de béton et de barbelés pour véritablement remplir sa mission «d’instrument de resocialisation».

Source: Cameroon-info.net

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here