Rentrée scolaire au NOSO: voici pourquoi Tumi a un grand coup d’avance sur Biya

0

Alors que les écoles reprennent le 2 septembre 2019 dans le pays, beaucoup s’inquiètent du sort des apprenants dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun qui ont quitté l’école depuis trois ans.
L’archevêque émérite de Douala, le cardinal chrétien Tumi et le chef du Parti progressiste

Mouvement, Hon. Jean-Jacques Ekindi fait partie de ceux qui prêchent l’évangile de la reprise scolaire dans les régions en crise.

Dans un récent communiqué de presse à Douala, le duo a appelé à un retour rapide à la paix et à la nécessité d’un dialogue inclusif et urgent.

Ils ont également annoncé que le jeudi 29 août 2019, ils organiseraient une grande conférence de la paix à Douala qui réunirait des chefs religieux de toutes les dénominations du pays, des autorités traditionnelles, des partis politiques, des dirigeants d’organisations de la société civile, des professionnels des médias, des représentants du secteur commercial et des entreprises. associations, artistes et promoteurs de la culture, entre autres, de prier pour la paix.

Les personnalités politiques et le clergé étaient unanimes à dire qu’il est intolérable de priver les enfants des régions anglophones du droit d’aller à l’école.

Un communiqué de presse sur la question indique clairement qu’il est inacceptable que des Camerounais soient brutalement privés de leur droit de gagner leur vie et de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles, et que le risque de décès dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest devient quotidien ou affaire permanente.

“Les deux parties, c’est-à-dire l’armée et les combattants séparatistes, devraient abandonner leurs armes pour créer un climat favorable à la reprise des écoles”, a déclaré Ekindi.

«Un appel à un cessez-le-feu devrait être lancé pour que toutes les armes soient déposées et que les écoles puissent reprendre. Nos frères des villages devraient garder leurs armes pour la chasse », a ajouté le cardinal à l’appel du clairon.

Le cardinal Tumi et Ekindi disent que l’initiative populaire de paix qu’ils espèrent atteindre dépasse les déclarations, les promesses, les croyances, les voeux pieux et les déclarations. Ils disent que la crise anglophone actuelle ne peut être résolue par de simples mots. Ils ont diagnostiqué le dialogue ouvert et inclusif comme une voie à suivre.

L’ecclésiastique et l’homme politique ont conclu qu’à la fin de la conférence de paix dans les jours à venir, une organisation serait créée pour prendre en charge toutes les activités pacifiques dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Les croisés de la paix ont également déclaré que la première tâche de l’organisation consistait à veiller à ce que les enfants retournent à l’école dans un environnement calme et serein, en veillant à leur sécurité et à ce que les activités économiques et sociales se déroulent sans risque. de destruction et de violence et enfin contribuer aux efforts visant à protéger tous les citoyens; les femmes, les enfants et les hommes qui ne sont pas impliqués dans le conflit.

Source: Cameroon-info.net

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here