Retour à la résidence de Dj Arafat et sur le lieu de l’accident mortel: Voici des témoignages troublants sur des esprits agissant sur le lieu de l’accident!

0

Il était exactement 16h20, lorsque nous arrivons à la cité groupement 4000, à Angré, où résidait le roi du «Coupé-décalé ». Le temps est glauque dans cette cité qui bouillonnait du bruit et autre tintamarre que produisaient le chanteur et sa ribambelle d’amis s’adonnaient.

En nous rapprochant vers la résidence, notre regard est attiré par des corps habillés postés à des endroits stratégiques. Devant une des habitations, une dame nous informe que les visites sont interdites à toute personne étrangère pour des raisons sécuritaires.

Puis de révéler qu’outre Carmen, la veuve, et Rafna, la fille de Dj Arafat, et quelques parents, la maisonnée s’est vidée de la maman de l’illustre disparu Tina Glamour. Ainsi que de ses enfants Mael, Ézéchiel et Lachoina qui ont regagné la France, après avoir été reçu et accompagné par le ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny.

Après la résidence de DJ Arafat, un intermède sur le lieu où s’est produit l’accident permet de remarquer une présence des forces l’ordre. Des piétons et autres passants à bord de leurs véhicules ont le regard cristallisé par l’endroit du dramatique accident. Entre des temps de ralentissement et d’arrêt pour un recueillement, nous interrogeons certains passants.

« Chaque fois que je passe ici, je me sens bizarre. Ce coin me laisse un mauvais souvenir. Je ne sais pas pourquoi, mais à chaque fois que j’arrive ici, je sens un froid en moi. Je suis obligé de m’arrêter un moment avant de poursuivre mon chemin. L’esprit de Dj Arafat rode toujours ici », confie Marie-Ange Kouadio, une étudiante, fan de l’auteur du titre culte ‘’Jonathan’’.

Et Mme Blanche Épouse Touré de révéler: «Lorsque je suis à bord de mon véhicule et j’arrive à ce lieu, quelle que soit la priorité, je marque un arrêt quelques minutes avant de continuer ma route ». Sans exhorter : « Il faut que des sacrifices soient faits ici sinon… Je ne sais pas pourquoi, mais cela est difficile à expliquer ».

Autre temps fort de notre randonnée, c’est cette visite effectuée dans quelques endroits chauds que fréquentait régulièrement Dj Araft dont le plus prisé se dénommait ‘’Le Haut Niveau’’. Un bar climatisé situé à Angré à quelques encablures du Commissariat de police du 22e arrondissement, où nous sommes accueilli par un portier chargé de la sécurité.

Un bref échange après s’être présenté que ce dernier nous guide vers la réception. Ici, on nous apprend que c’est à 22h que le manager principal sera là. En attendant, il joint par téléphone celui-ci qui lui donne l’autorisation d’échanger avec nous. « Daishikan venait régulièrement ici, le plus souvent entre 2h et 3h du matin avec des amis pour s’amuser. Le jour où il est là, le bar ne désemplit pas jusqu’au petit matin. Quand il est content, il passe quelques minutes derrière la platine pour faire plaisir à la clientèle », rappelle-t-il, avant de regretter : « C’est un frère à nous. Il va nous manquer ».

Avant de faire notre pied à terre, nous nous rendons au « Mont Blanc », un autre établissement de loisirs qu’affectionnait l’artiste. D.S, le manager, laisse entendre qu’il n’arrive pas encore à faire son deuil. Avant de reconnaître : «La mort de Dj Arafat est une grosse perte pour nous, les hommes de la nuit ».

Source:https://www.lecourrierquotidien.com/societes-retour-a-la-residence-de-dj-arafat-et-sur-le-lieu-de-l-accident-mortel-des-temoignages-troublants-sur-des-esprits-agissant-sur-le-lieu-de-laccident

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here