Soutiens à Biya: Esso sauve sa peau en convoquant une réunion

0

Jean-Louis Messing Menanga accuse les « intermédiaires » de tromper les usagers à la quête du précieux document.

Le directeur de la police des frontières à la Délégation générale à la sûreté nationale (DGSN) déclare que la production des passeports au Cameroun se fait dans de bonnes conditions. Le commissaire divisionnaire Jean-Louis Messing Menanga a rassuré les usagers au cours d’une interview accordée au Poste national de la CRTV le samedi 13 juillet 2019. Pour convaincre les auditeurs, l’invité du programme Politude a fait savoir que ses services avaient acquis en février 2019 un nouveau stock de 220 000 carnets de passeports dont 200 000 prévus pour la confection des passeports ordinaires. Le reste du stock devant servir à confectionner des passeports de service.

Le commissaire Messing conteste l’existence d’une pénurie quelconque. « Un passeport déposé dans les bonnes conditions, qui a passé toutes les étapes est produit dans les normes. A l’heure actuelle il n’y a vraiment aucun problème particulier ». Il ajoute que deux semaines suffisent pour produire un passeport dont le dossier a été validé et après toutes les étapes de vérification. Et conseille aux usagers de déposer les dossiers dans les chefs-lieux de régions et pas à Yaoundé où ils risquent de faire le surnombre parce que pressés d’obtenir leurs passeport.

Le plus souvent ceux-là comptent sur l’action des intermédiaires qui leur promettent de leur fournir le document en un temps record, le fameux « passeport express ».. Ce qui n’est pas pour plaire au directeur de la Police des frontières qui a décidé de les éloigner du circuit. « Nous menons une vie très dure aux intermédiaires. Nous traitons ceux-là d’arnaqueurs. Parce que c’est une race d’individus qui se croient proches de la police alors que ce sont des gens qui ne maîtrisent rien du travail de la police. Ce sont des individus qui ont fait du passeport leur gagne-pain. Mais le chef de corps monsieur le DGSN a pris des dispositions pour que tous ceux-là soient écartés du circuit des passeports ». Il annonce que certains de ces intermédiaires ont été traduits en justice parce qu’ils rançonnaient les usagers imposaient des frais qui n’existent pas. Le directeur de la Police fait savoir que ceux qui tournaient autour de la DGSN ont été chassés. Il appelle à dénoncer les « arnaqueurs » au numéro de téléphone 1500 et demande aux usagers de les ignorer et se présenter plutôt aux postes d’identification agréés.

Source: Cameroon-info.net

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here