Tensions au RDPC: Découvrez les manœuvres de Ngouchingué pour évincer Jean Nkuété

0

Le puissant Homme d’Affaires, ex- suppléant sénateur, devenu Sénateur “titulaire” et par la suite Délégué Permanent Départemental du Rdpc pour la Mifi, serait actuellement moyennant de grosses sommes d’argent, soutenues par des messes de minuit, pour être nommé alternativement soit à la tête du Sénat, soit président du Conseil Economique et Social, ou encore Secrétaire Général du Comité Central du Rdpc. Après avoir vassalisé la Mifi, Sylvestre Ngouchinghé peut-il réaliser son ambition de devenir le “Pape de l’Ouest Politique”…
L’argent suffira-t-il à anoblir le sulfureux Homme d’Affaires ?

Que cherchent définitivement les opérateurs économiques dans la politique ? Fortement cotée à la bourse des valeurs sociales, cette question dont l’actualité et la pertinence, ne semble pas en déroutes, revêt un intérêt certain. La vague de tensions politiques, qui a fait surface dans la région de l’Ouest au lendemain de la présidentielle du 7 octobre 2018, semble n’avoir été que le grand arbre qui cache la forêt. Comme pour tirer la couverture de son côté, le Sénateur Ngouchinghé met en exergue ses quelques réalisations, qui selon lui démontre avec force, sa loyauté envers le président Paul Biya.

En effet, au rangs des accomplissements de “Congelcam” à l’Ouest Cameroun, figurent en bonne place : La réfection de la « Maison du parti » Rdpc de Bafoussam, la construction et l’équipement d’un pavillon pour des consultations externes et les urgences à l’hôpital régional de Bafoussam, la construction et la rétrocession à l’Etat d’environ 150 salles de classe, l’octroi des bourses scolaires à plusieurs jeunes élèves et étudiants, les contribution significatives pour l’assistance aux victimes de la crise anglophone et pour le financement de la campagne électorale du Rdpc sont brandis par le sénateur Sylvestre Ngouchinghé comme des faits d’arme posés en faveur du Rdpc et en prélude à la campagne électorale de la présidentielle du 07 octobre dernier dans la Mifi.

Si le quantum de ces investissements, semble plaider en la faveur d’une loyauté indéfectible du Sénateur envers le président Paul Biya, des sources indiquent cependant que, la sur-médiatisation des réalisations de Sylvestre Ngouchinghé, loin de constituer un parricide, cache plutôt de pernicieuses ambitions politiques, pouvant entrainer une bourrasque de division de la région de l’Ouest.

“Congelcam” estime qu’il donne et fait trop ! « Que dois-je encore faire pour mériter la confiance de mes camarades ? » déclamait alors l’homme. « Partout où je passe, l’on me pointe du doigt », s’indignait-il.

Teintée d’une bonne dose de condescendance, cet air supérieur du Sénateur Ngouchinghé, fort de ses réalisations par ailleurs rendues publiques à grand renfort médiatique, traduit une mégalomanie certaine. A-t-il fait plus que les autres ? La région de l’Ouest regorge d’un nombre important d’opérateurs économiques dont la bonté de cœur, s’étale au-delà de leurs fiefs d’origine. Des humanistes, des philanthropes qui bâtissent pour la communauté nationale et non seulement dans leur village.

Des leaders qui ont construit des Universités, des Hôtels de ville, des églises et qui malgré tout, sont restés humbles. Sylvestre Ngouchinghé, se targue de verser des centaines de millions au Rdpc, mais en réalité, il s’agit de pots de vin, qu’il utilise pour s’arroger la sympathie des dirigeants du parti. Pourquoi au lieu de ces enveloppes qui ne profitent pas aux militants, “Congelcam” ne peut-il pas offrir une maison du parti digne, au Rdpc ? Toutes ses actions sont calculées motivées juste par son ambition de leadership.

Hégémonie politique : Main-basse sur la région de l’Ouest

En proie à de nombreuses querelles, consécutives à la dernière élection présidentielle, la région des Hauts plateaux, semble plus que jamais fragmentée. Véritable poudrière, elle est devenue ce panier à crabes où les élites à la quête du positionnement se “bouffent” entre elles. Devant ce qu’il n’est pas superflu, de qualifier de “nuit des longs couteaux”, ne s’en sortira que celui dont la capacité de subsomption des conflits sera mise en exergue.
Il n’est pas incongru de penser qu’à ce jeu de “faux rassembleurs”, les plus friqués s’en tirent avec le graal. C’est dans ce sillage que semble
vraisemblablement s’inscrire, le jeu peu ou prou trouble de Sylvestre Ngouchinghé.

L’homme qui veut briller pour drainer un nombre maximum de militants, n’hésite pas à jouer les médiateurs. 11 s’agit en réalité d’une manœuvre opportuniste qui vise à se faire voir comme le fédérateur de la région devant une arrière garde déjà “émoussée” par le poids des ans et un état de santé brinquebalant.

Lorsque l’on jette un regard panoramique sur le microcosme organique de l’élite politique de l’Ouest, dotée d’un réel potentiel de mobilisation et d’audience, l’on voit Victor Fotso nonagénaire, Marcel Niât octogénaire… le reste étant certes influent, mais pas assez “riche”. L’horizon politique semble alors se dessiner en boulevard pour “Congelcam” dont la recette est clair.

Séduire par l’humanitaire, pour obtenir le soutien populaire. Entre saignées de finances et transactions collusives voire dolosives, Sylvestre Ngouchinghé. Après son échec à accéder à la Communauté urbaine de Bafoussam, le sénateur dont le coefficient de légitimité semble gagner chaque jour un peu plus en épaisseur, a désormais les yeux rivés, vers le Sénat, le Conseil Economique et Social, ou encore le Secrétariat Général du Comité Central du Rdpc.

Ngouchinghé veut asseoir son hégémonie à l’Ouest. A cet effet, il ne cesse de clamer que “les vieux barons” sont malades, fatigués et donc impotents. Se voyant au regard de ses œuvres “pseudo-humanitaires” comme l’homme de la situation.

Il est convenant de souligner qu’il ne s’agit aucunement d’un problème personnel. Bien au contraire nous avons régulièrement commis des articles allant dans le sens de valoriser l’action de l’Homme d’affaire et même de toute la Mifi. Souvenons-nous de ces multiples appels à la nomination des fils de la Mifi aux postes ministériels qui, les fuient depuis des lustres. Cette publication est une alerte contre certaines mauvaises pratiques politiques qui sont de nature à déstabiliser la Nation toute entière.

Source: L’Epervier No 1395

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here