Voici ce que les sécessionnistes ordonnent à Fru Ndi de faire

0

Le président national du Front social-démocrate a déclaré aux médias à Bamenda, dans la région du Nord-Ouest, qu’il était déshonoré et insulté par des séparatistes armés qui veulent qu’il ordonne aux parlementaires, aux sénateurs et aux conseillers du SDF de démissionner parallèlement à leur lutte pour l’indépendance.

Ni John Fru a pris la parole ce dimanche 30 juin dans sa résidence de Ntarinkon, où il a déclaré que des séparatistes armés l’avaient traîné sur son sol, son couloir et dans la boue.

«Ils m’ont traîné comme un cochon. Je n’étais rien de mieux qu’un cochon… Ils m’ont traîné hors de la voiture, dans des endroits boueux, sans chaussures et m’ont emmené dans ce qu’ils ont appelé une cellule. Ils m’ont placé là-bas jusqu’à ce que je dispose d’un lit de bambou », s’est-il interrogé.

«Si vous regardez bien ici, ils m’ont frappé avec leur arme à peu près cinq fois. Ils m’ont donné deux coups au ventre et m’ont dit de voir à quel point son ventre était gros », a poursuivi le président.

Dans le camp des séparatistes, certains combattants l’ont accusé d’être une jambe noire. D’autres l’ont accusé d’avoir présidé à l’assassinat de leurs membres à Baba, subdivision de Santa, où la maison de Fru Ndi avait été incendiée par des séparatistes armés. Le président a déclaré qu’il leur avait dit que l’armée avait tiré sur les garçons et non sur lui.

Selon Fru Ndi, ses ravisseurs l’ont forcé à enregistrer une vidéo dans laquelle il devait déclarer qu’il demanderait à ses parlementaires, sénateurs et conseillers de démissionner dans un délai de 24 heures.

«Ils ont dit que nous voulions que vous déclariez devant nos caméras que vous feriez sortir votre peuple du Parlement, du Sénat et du conseil d’ici 24 heures. Il faut le dire ici et maintenant », a-t-il raconté. Le président a déclaré qu’il leur avait dit qu’il ne le ferait pas sous la menace des armes à feu et qu’il devait savoir pourquoi ils ne visaient que les parlementaires du SDF. Il leur a cependant promis, hors caméra, d’adopter une stratégie différente, qu’il n’a pas dite aux journalistes.

“J’irai à Yaoundé, rencontrer mes parlementaires, sénateurs et convoquer les maires. Nous nous asseyons pour discuter et voir quelle est la meilleure façon de procéder. Nous avons notre propre approche de la crise”, a assuré le président à ses ravisseurs.

Mais je prie pour que Dieu pardonne à ceux qui m’ont traîné à travers mon propre camp en présence de mes enfants et qui ont tiré sur mon garde du corps dans mon salon. Deux torts ne font pas un droit.

Il a regretté que le pays ait tourné au vinaigre, avec tous ceux qui pensaient que son opinion était suprême, mais a insisté sur le fait qu’il ne croyait pas en une administration où chaque individu pense savoir mieux que quiconque. Citant l’intransigeance du gouvernement et le refus du président Paul Biya d’inviter le SDF à un dialogue sur la voie à suivre pour faire face à la crise anglophone, est l’une des raisons pour lesquelles le pays s’aggrave.

Il a toutefois déclaré qu’il croyait en une option démocratique, en un État de droit et en laissant les gens choisir et prendre leurs propres mesures, dans le wag qu’ils souhaitent. À l’instar de l’opinion publique sur les excès des séparatistes armés, Fru Ndi dit que les Camerounais anglophones ne sont pas libres aujourd’hui.

«Quand on veut s’occuper des gens, il faut être humble. Je leur ai dit, s’il vous plaît, pouvez-vous donner un visage humain au combat que vous combattez? Vous voulez vous occuper des gens, être amical avec les gens, leur laisser voir venir un type d’administration différent et non une administration qui doit couper les doigts, il faut couper les mains, il faut enlever les gens, demander une rançon », a déclaré Fru Ndi

Il a révélé qu’il avait été autorisé à rentrer chez lui après avoir été forcé de prendre des photos avec les combattants pendant qu’ils chantaient leur hymne Ambazonia. Il a quitté le camp vers 21 h 30 le samedi 29 juin et a été raccompagné chez lui à moto par un séparatiste, qui a passé du temps à l’appeler un soldat.

Source: Cameroon-info.net

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here