Voici comment Maurice Kamto a réussi à intimider Biya et ses proches!

0

Au-delà de la cacophonie quotidienne qui caractérise désormais ce gouvernement illégitime, les signes d’une compression “désorientante” s’accumulent au point où les Camerounais ne comportent comme de grands cinéphiles qui se lèvent tous les matins en se demandant quel genre de film va leur servir le régime. La pression du Kamtogate est telle que le régime, en plein étourdissement et voyant l’ennemi partout, ne gouverne plus que par la rumeur. Ce qui aboutit naturellement à de nombreuses erreurs.

Il y a un théorème dans le domaine des affrontements de toutes sortes, ou un proverbe pour parler comme un Africain, qui dit que « l’adversaire fait beaucoup d’erreurs lorsqu’il est sous pression ». Le régime tyrannique de Yaoundé n’échappe donc pas cette règle et présente tous les jours des signes de fébrilité qui démontrent un état profond de délabrement et de débandade. Au-delà de la cacophonie quotidienne qui caractérise désormais ce gouvernement illégitime, les signes d’une compression “désorientante” s’accumulent au point où les Camerounais se comportent désormais comme de grands cinéphiles qui se lèvent tous les matins en se demandant quel est le genre du film du jour que va leur servir le régime. Il faut dire que le régime est devenu, sous la pression de Maurice Kamto un faiseur de Cinéma dans tous les genres. Il n’y a pas un seul domaine où ce régime n’excelle pas dans la mise en scène d’un cinéma de mauvais gout qui amuse les Camerounais.

La manifestation criarde de ces multiplication des erreurs ne réside pas dans la mauvaise gestion ou l’absence de gouvernail qui caractérise le pouvoir de Yaoundé depuis 1982 et auxquelles les Camerounais se sont religieusement habitués au prix du massacre de nombreux combattants de la liberté. En réalité, le fait nouveau de la pression exercée par le stratège Maurice Kamto se trouve dans la gouvernance par la rumeur qui est la marque de fabrique du gouvernement Nguté. Et comme il fallait s´y attendre ce mode de gouvernance ne peut fatalement que conduire aux erreurs. Il sera très long de les énumérer ici car la fréquence des erreurs impose carrément une compilation journalière :

– Cet entêtement à arrêter les manifestants et les dirigeants du MRC.
– La réaction médiocre de Monsieur Niat et de son complice Cavaye en réponse à la déclaration de l’Union Européenne qui a pris la peine de réunir une assemblée pour discuter de la situation du Cameroun.
– La déclaration de guerre à la diaspora. Même l’Union Soviétique et la Corée du Nord aux plus terribles moments de la répression communiste n’avaient pas coupé les ponts avec leur diaspora. Et ils avaient eu raison.
– La réaction épidermique du Gouvernement par rapport à la UNE du journal Le Jour, alors que tous les Camerounais s’accordent à dire que le régime a instauré le tribalisme dans le pays comme une des piliers de la perpétuation de son pouvoir.
– La poisse est la seule prime que ce régime souhaite apporter aux Lions et aux lionnes indomptables. D’après le fétichisme du RDPC, les lions gagnent quand ils dorment à la belle étoile. Qui vivra verra.
– Mr Sadi décrète que les journalistes sont hors la loi et ordonne l’Arrestation du journaliste Chouta et de tous ceux qui dénoncent la prévarication comme Gilbert Baongla, un autre fils qui exige une reconnaissance officielle de certains glissements.
– Les rumeurs sur les dates des examens qui correspondent aux jours de fêtes et qui ont privé des centaines d’élèves de leur diplôme.
– La panique de certains ministres et d’autres spoliateurs qui rejettent leur outil internet de spoliation et de brimade en dénonçant une escroquerie sur les réseaux. La peur a vraiment changé de camps.
– La folle rumeur sur le dialogue, organisée par le trio Ngute de Bamenda, Atanga de Paris et MbellaMbella de Yaoundé.
– Les mauvaises blagues du Président sortant qui annonce une journée de Deuil national le jour même de la fête de la Musique. Une journée consacrée exclusivement aux 17 militaires de Darak, pas à tous les militaires, pas aux Gendarmes ni au policiers et encore moins aux pauvres Camerounais. A chacun sa fureur. – Et enfin, après avoir bu le cadi de la vie possible au Cameroun (9 mois sans interruption), le président sortant va afficher sa lâcheté en s’annonçant en visite privée en Europe, en profitant d’une rumeur selon laquelle la BAS se serait accordé un séjour privé aux Etats Unis pour, nous dit-on, une mise au point. Evasion ou erreur ? Nous le saurons très vite.

La pression du Kamtogate est telle que le régime d’Etoudi est en plein étourdissement, voyant les ingérences étrangères dans toute âme sensible qui désapprouve la paupérisation des Camerounais. Ainsi les ONG nationales et internationales, les parlements estrangers, l’ONU, les journalistes Camerounais, les lanceurs d’alertes, les partis politiques, les lions de l’équipe nationale sont tous qualifiés de “forces étrangères”. Ne sachant plus où mettre la tête, le gouvernement illégitime a opté pour la gouvernance par la rumeur car il ne sait plus sur quel pied danser. Donc nous ne sommes pas au bout de la comptabilité des erreurs qui ne vont que se multiplier.

Source: https://www.camerounweb.com/CameroonHomePage/features/Voici-comment-Maurice-Kamto-a-r-ussi-intimider-Biya-et-ses-proches-465651?gallery=1

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here