Voici la Déclaration des sécessionnistes à l’endroit des diplomates américains

0

Une délégation du Congrès américain est actuellement en visite au Cameroun. Elle a appelé à des pourparlers inconditionnels entre le gouvernement et les rebelles sur le conflit séparatiste. Les sécessionnistes très favorable à la présence des diplomates américains sur le sol camerounais, a déclaré un cessez-le-feu de 24heures afin de la laisser faire convenablement son travail.

Voici en substance le communiqué du vice-président de l’ambazonie 

Déclaration d’un cessez-le-feu unilatéral de 24 heures du Conseil de sécurité d’Ambazonia à compter de minuit le 2 juillet 2019, afin de permettre à la délégation du Congrès américain en visite d’accéder en toute sécurité et sans entrave aux sites des crimes commis ces 2 dernières années.

Le Conseil de sécurité d’Ambazonia (ASC), ainsi que des représentants d’autres groupes d’autodéfense de la communauté alliée Ambazonia luttant pour mettre fin à l’occupation de notre territoire par le régime néocolonial français au Cameroun, après consultation de nos dirigeants communautaires lors d’une réunion extraordinaire, déclaration d’engagement à un cessez-le-feu unilatéral de 24 heures qui entrera en vigueur à minuit aujourd’hui 2 juillet 2019.

Nous prenons cette mesure comme une réponse de bonne foi à la tournée d’enquête sur le conflit en cours entre nos forces d’autodéfense et les forces du régime camerounais, entreprise par la députée américaine Karen Bass, présidente du Congrès des États-Unis. Groupe de travail sur les affaires étrangères et la sécurité nationale du caucus noir du Congrès et son équipe. Cette décision vise à garantir un accès sans entrave à l’équipe de Rep. Bass alors qu’elle rassemble les faits sur le terrain pour ouvrir la voie à une fin rapide des meurtres et à la résolution éventuelle des racines du conflit.

Nous reconnaissons les efforts personnels déployés par le représentant Bass pour amener le Congrès américain à prêter attention à cette guerre; déclarant avec elle H.Res.1111 du 115ème Congrès, et maintenant H.Res. 358 du 116ème Congrès.

Nous sommes fermement convaincus que le caucus noir du Congrès peut être à la hauteur de son credo de la «conscience du Congrès», comme nous l’avons vu lors de la bataille contre l’apartheid en Afrique du Sud.

En prenant cette mesure, nous appelons également les autres à agir: 1. Nous appelons les autorités camerounaises à faire de même et à déclarer un cessez-le-feu unilatéral de 24 heures comme un signe de leur intérêt à trouver une solution pacifique à ce conflit.

2. Nous appelons le gouvernement camerounais à autoriser les groupes humanitaires à accéder de manière illimitée à notre territoire, comme demandé par les États-Unis, la Suède et d’autres représentants au Conseil de sécurité des Nations unies lors des deux derniers briefings.

3. Nous invitons Rep. Bass et son équipe à se rendre sur les lieux de certains des crimes les plus horribles que le monde ait connus depuis des décennies, notamment:

• Le site de Bambui où les forces camerounaises ont assassiné le missionnaire américain Charles Wesco;

• Menka-Pinyin, où 29 soldats ont été sommairement exécutés en plein jour dans un hôtel par des soldats camerounais et, à ce jour, le régime n’a toujours pas fourni d’explication aux familles en deuil;

• Kwakwa, où Mami Appih Sarah, âgée de 96 ans, a été brûlée vive dans son lit lorsque des soldats camerounais ont incendié le village;

• Belo, où des soldats camerounais ont assassiné et décapité Chiaba Samuel, alias Sam Soya, se sont photographiés en train de la décapiter et l’ont diffusée sur les médias sociaux;

• Mamfe, le missionnaire kenyan Cosmas Omboto Ondari a été sommairement exécuté devant sa congrégation par des soldats camerounais;

• Bali, où des soldats camerounais ont exécuté sommairement 20 étudiants et ont brûlé leur corps à une occasion. Dans une autre occasion, l’enseignant du CPC College de Bali, Ndeh Blaise, a été tué de sang froid alors que ses collègues qui tentaient de l’aider avaient été grièvement blessés sans être blessés. cause;

• Batibo, où une famille de 10 personnes a été exécutée sommairement par des soldats camerounais;

• Mille 8 Mankon, Bamenda, où 126 maisons ont été incendiées par des soldats camerounais;

• Kumba, où des soldats camerounais ont brûlé l’Hôpital général;

• Mbengwi étaient des travailleurs médicaux Nancy Azah et Njong Paddisco ont été sommairement exécutés alors qu’ils quittaient leur ferme par une camionnette barricade, provoquant une protestation générale de la part de travailleurs médicaux dans la zone Nord;

• Muyuka, Martha Ngum, âgée de 5 mois, a été touchée dix fois par balle à la tête alors qu’elle était endormie dans la chambre de ses parents par les forces camerounaises.

• Yaoundé et principales prisons de Kondegui, où 236 civils sont détenus au secret sans avoir accès aux services d’un avocat ou de leur famille, sous prétexte qu’ils sont actuellement jugés par un tribunal militaire, ce qui constitue une violation du droit international par le Cameroun.

4. Nous appelons la représentante Bass et son équipe à soutenir l’amendement de la NDAA des sénateurs Durbin, Cardin, Van Hollen et Kaine à l’interruption de l’assistance de sécurité au Cameroun et à proposer un amendement similaire à des projets de loi connexes, afin de faire pression sur le régime camerounais la suppression imminente de l’aide.

5. Nous appelons Rep. Bass et son équipe à s’exprimer et à condamner fermement le ciblage malveillant de notre population civile, qui pousse des centaines de milliers de personnes dans un état de sans-abrisme et d’exil. Nous sommes douloureusement conscients des souffrances de notre peuple et savons que mettre en lumière cette situation est une étape nécessaire pour nous mettre sur la voie d’une fin pacifique de l’occupation.

Nous saisissons également cette occasion pour souligner que nous sommes prêts et ouverts à engager des négociations pacifiques honnêtes avec le Cameroun, facilitées par des tierces parties indépendantes, indépendantes et non participantes – ce qui exclut très certainement la France et les autres régimes français néo-coloniaux qui utilisent la loi française. monnaie autrefois connue sous le nom de Franc des colonies françaises d’Afrique (CFA).

Notre signature à cette déclaration unilatérale de cessez-le-feu ne nous engage que dans une action non offensive pendant cette période de 24 heures, mais nous resterons vigilants et rester vigilants, sachant que les forces camerounaises pourraient essayer d’exploiter la position de cessez-le-feu pour nous embusquer.

Nous espérons que ce cessez-le-feu unilatéral est perçu comme ce qu’il pourrait être: la première étape sur notre voie pour mettre fin à ce conflit et construire une nouvelle sous-région fondée sur la primauté du droit international.

Cordialement,
Dabney Yerima Vice-président

– République fédérale d’Ambazonia

Source: Camerounweb.com

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here