Voici les Graves révélations de Victor Fotso à Paul Biya après l’évacuation de son fils

0

Le richissime homme d’affaire, Victor Fotso a adressé une émouvante lettre de remerciement au président Paul Biya après l’évacuation sanitaire de son fils Yves Michel Fotso condamné à perpétuté dans le cadre de l’opération épervier.

“C’est l’occasion pour moi de vous réitérer mon total dévouement, et à travers ma modeste personne celui de la grande Région de l’Ouest et bien au-delà, une grande partie du Nord-Ouest.” a-t-il écrit.

Ci-dessous l’intégralité de la lettre

Excellence Monsieur le Président de la République,

Il m’échoit l’insigne honneur de m’adresser à votre Auguste et Très Haute Institution que vous incarnez si heureusement pour marquer ma profonde gratitude à l’endroit de l’homme exceptionnel épris de paix, de générosité et de magnanimité que vous êtes.

Le cœur d’un père a rencontré celui d’un autre père, et vous avez apaisé ma douleur en donnant de Très Hautes instructions pour la libération de mon fils, Yves-Michel.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Vous dire merci ne traduirait pas toute la déférence avec laquelle un cœur aussi meurtri que le mien s’est senti battre à nouveau et c’est pourquoi je convoque les esprits de nos ancêtres pour vous protéger sans relâche et à Dieu Tout-Puissant de vous accorder santé, longue vie et toujours plus de sagesse pour continuer à vous guider dans la conduite des affaires de l’Etat.

Vous êtes un homme de parole : vous m’avez fait la promesse d’user de tous les moyens dont vous disposez pour libérer mon fils qui a été induit en erreur par certains de vos collaborateurs encore en fonction dans les couloirs du pouvoir, et vous avez respecté votre promesse.

Cependant, vous aurez constaté que malgré les difficultés techniques que posait concomitamment le maintien en détention de votre ancien collaborateur confondu dans la même affaire (Monsieur MARAFAT HAMIDOU YAYA), ces mêmes collaborateurs ont voulu passer outre vos instructions en prorogeant de plusieurs mois l’internement de mon fils Yves-Michel. Il s’agit d’individus, il faut le dire, qui n’ont de cesse de saper votre action pour des objectifs inavoués, et qu’il faudra absolument neutraliser compte tenu de leurs connexions avérées avec les ennemis de la Nation.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Je me réjouis de figurer dans le cercle très restreint des citoyens de ce pays qui connaissent votre sens élevé des responsabilités, restant en permanence à l’écoute de votre peuple qui vous accordera sa confiance tant que vous aurez du souffle pour parachever l’œuvre de construction nationale que vous menez avec bonheur depuis plusieurs décennies, ne ménageant aucun effort dans l’accomplissement de cette lourde et exaltante tâche.

C’est l’occasion pour moi de vous réitérer mon total dévouement, et à travers ma modeste personne celui de la grande Région de l’Ouest et bien au-delà, une grande partie du Nord-Ouest.

Nous ne ménagerons aucun effort pour barrer la route à tous les apprentis-sorciers et autres aventuriers du même genre qui veulent livrer notre cher et beau pays aux pilleurs des temps modernes qui avancent masqués dans les différents conflits qu’ils veulent nous imposer.

Ce vaste complot ne passera pas par l’Ouest tant que j’aurai le moindre souffle, et j’ai déjà mis en garde une grande majorité de nos compatriotes de la Région de l’Ouest en leur rappelant qu’une biche ne traverse pas au milieu des lions. Ils m’ont compris et dans les prochains jours, je vais engager une vaste sensibilisation auprès des gardiens de nos traditions, sans distinction, pour leur montrer les dangers auxquels nous expose l’aventure du jeune Professeur qui a voulu se lancer en politique sans l’avis ni les bénédictions des aînés. Je me suis engagé à assurer toutes les commodités relatives à leur collaboration dans cette opération et j’ai déjà obtenu leur accord.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Je ne saurais terminer ce propos sans vous prier de transmettre mes déférentes et chaleureuses salutations ainsi que mon profond respect à votre illustre épouse, la Première Dame, son Excellence Madame Chantal BIYA.

Vous assurant encore de mon total dévouement, je vous prie de croire Excellence Monsieur le Président de la République à l’assurance de ma très haute considération.

Source: camerounweb.com

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here