Voici l’humiliante leçon de démocratie et de gouvernance infligée à la clique Biya

0

Afin que la foi des enfants de Dieu s’affermisse sacralite du chef de l’Etat! Professeur, Vous êtes l’une des figures universitaires camerounaises les plus respectées dans les sphères scientifiques nationale et internationale.

Votre analyse est pour ce, digne d’intérêt, autant qu’elle reste dans les canons de la véracité et de l’exactitude des faits typiques ou sous-tendus. Pour cela, votre dernière sortie sur l’histoire sociopolitique récente de la nation camerounaise était énergique. Vous avez commis une analyse éblouissante et, sans en douter, digne d’intérêt. En effet, dans votre analyse intitulée « IMMUNITE, INVIOLABILITE ET SACRALITE DU CHEF DE L’ETAT » vous avez touché un certain nombre de points où vous semblez, vous l’avoueriez avec votre humilité intellectuelle et certainement avec votre connaissance de la Parole de Dieu, briller d’un zèle inhabituel. Plus précisément, les points où vous citez et référencez les Saintes Ecritures, bien qu’encadrés par un discursif académique, au risque de friser du pédant, sont simplement incorrects, incohérents, et s’inscrivent ainsi dans le registre de l’hérésie doctrinale, pour ne pas les apparenter aux dogmes vicariaux. Puisque vous êtes un universitaire, nous avons la présomption de vous croire assez scrupuleux pour écouter et suivre à quel niveau vous sortez de la ligne herméneutique. Alors voici en quelques points comment votre théologie contracte du culte occulte. Et la raison de cette réponse est simplement pour que les enfants rachetés de Dieu soient affermis dans leur foi.

D’entrée de jeu

D’entrée de jeu, vous citez le verset 1 de Psaumes 2 qui est repris par Actes 4 : 25. Ce que vous omettez, sciemment ou non, c’est de constater que le verset 2 du même Psaumes précise que ce sont les rois de la terre et les princes qui se liguent contre l’Eternel et Son oint. L’Eternel c’est le Dieu Créateur. Son oint c’est Jésus par compréhension herméneutique. Le psalmiste est donc en train d’avertir les rois (présidents aussi) qui se croient être devenus des dieux que l’Eternel rit de leur ignorance (Psaumes 2 : 4). S’il y a du tumulte contre une personnalité, ne serait-il pas sage de faire une introspection et d’écouter le cri profond de ce peuple qui est bien arrivé aux cieux ?

Sur les multiples titres de monsieur Biya

Professeur,

Ça choque la conscience de vous voir réverbérer une tradition qui a son dénominateur commun, à savoir l’esprit de mendicité. Mais pour que nul n’en soit dupé, le titre de Roi des rois est celui qui revient à Jésus, et à Lui Seul. Certes, certains rois de l’Orient antique ont utilisé ce titre, mais le « r » de roi est toujours minuscule. Et le titre de roi des rois équivalait peu ou prou au titre d’empereur. Etes-vous en train de nous dire que monsieur Biya a été élevé au titre d’empereur ?

Contexte de Romains sur le respect des autorités

Vous n’avez donné aucune référence biblique dans votre analyse. Vous avez peut-être omis ces références pour faire concis. Mais en le faisant, vous ne donnez aucune opportunité à ceux qui veulent vérifier – comme les béréens – si ce que vous dites est exacte de satisfaire leur questionnement. Pour un universitaire, ne trouvez-vous pas que cela jette le doute dans vos arguments ?

Néanmoins, dans vos propos, vous citez l’épitre de Paul aux Romains. La référence est Romains 13 : 1-7. D’abord, saviez-vous que l’épitre de Paul aux Romains est certainement celle qui contient le plus les leçons du salut et leur application pratique sur la vie quotidienne ?

L’autre raison pour laquelle Paul a écrit cette épitre était de clarifier ses enseignements. Les Juifs et les Gentils qui avaient cru en Jésus à Rome rependaient la nouvelle qu’il ne fallait plus porter allégeance aux autorités mondaines. Paul leur écrit pour réfuter cette nouvelle doctrine. Et oui, toute autorité vient de Dieu. Mais le magistrat est serviteur de Dieu (Romains 13 : 4). En tant que serviteur de Dieu, Jésus a dit que « quiconque veut être le premier parmi vous, qu’il soit votre esclave. » (Matthieu 20 : 27) Mais si vous dites que nous devons être esclaves de Biya, n’enseignez-vous pas une doctrine autre que celle de Jésus ?

Toute autorité n’est pas établie pour la gloire

Vous avez totalement raison que toute autorité est établie de Dieu. Mais toute autorité n’est pas établie pour la gloire. Certaines autorités sont établies pour la colère. Vous avez mentionné le pouvoir pharaonique mais voici ce que les Saintes Ecritures disent. « Mais, je t’ai laissé subsister, afin que tu voies ma puissance, et que l’on publie mon nom par toute la terre. » (Exode 9 : 16) L’Eternel dit à pharaon qu’Il l’a élevé pour montrer Sa puissance. La puissance de l’Eternel a été démontrée dans la nation égyptienne par des malheurs d’une rare souffrance. Certes Dieu avait établi Pharaon mais pour la colère. Le peuple d’Israël avait soupiré pour un peu trop longtemps. Dieu était patient avec les Pharaons. Juste parce que le règne de quelqu’un semble éternel n’est pas un signe qu’il satisfait aux principes divins. Ne voyez-vous pas donc que certaines autorités sont établies pour la colère ?

Punition des dirigeants qui se promettaient au rang divin

Il fût, à des moments spécifiques de l’histoire, des rois qui se promettaient au rang de divin. Tous avaient été ramenés à leurs genoux. Nulle autorité n’est au rang de Dieu. A titre de rafraichissement de mémoire, voici un florilège de ces présomptueux.

– Hérode

Dans Actes 12: 18-25, Hérode tient un discours bien articulé et d’un art oratoire remarquable. Les Tyriens et les Sidoniens (qui faisaient la paix avec Hérode) furent charmés et « Le peuple s’écria: Voix d’un dieu, et non d’un homme! » A l’immédiat un ange de l’Eternel le frappa et il mourut « parce qu’il n’avait pas donné gloire à Dieu. » Avec autant de vénération du président Biya, qui n’est qu’un homme et non un dieu, ne voyez-vous pas que le Seigneur est très patient avec lui ?

– Ozias

Dans le deuxième livre des Chroniques des rois d’Israël, le roi Ozias est devenu puissant. Et quant il devint puissant, son cœur s’éleva pour le perdre. Il alla dans le temple pour sacrifier des parfums, office qui était réservé aux prêtres. Il sortit de là lépreux. (2 Chroniques 26 : 16-21) Ne voyez-vous pas là que tous les titres ne reviennent pas au président ?

– Nebucadnetsar

« Au même instant la parole s’accomplit sur Nebucadnetsar. Il fut chassé du milieu des hommes, il mangea de l’herbe comme les bœufs, son corps fut trempé de la rosée du ciel; jusqu’à ce que ses cheveux crussent comme les plumes des aigles, et ses ongles comme ceux des oiseaux. » (Daniel 4 : 33) Voici un qui a porté le titre de roi des rois. Il régnait sur 127 provinces, ce qui constituait l’empire babylonien. Quand il avait cru avoir tout fait par son propre pouvoir, le Seigneur le rabaissa dans tout le sens du mot. Peut-être que ce sont les agitateurs qui sont aux alentours qui extrapolent ; peut-être que le Président Biya est humble dans son âme voilà pourquoi son pouvoir est maintenu. Mais à force de le presser avec autant de vénérations, ne risquez-vous pas à amener l’opprobre sur son règne ?

Le seul potentat qui est et qui restera c’est le Seigneur Jésus-Christ

Professeur,

Il y a un seul potentat, c’est Jésus-Christ. Vous n’aurez point d’autres dieux devant ma face, a dit l’Eternel. Le Seul qui a reçu l’autorité de s’asseoir à la droite du Père, c’est Son Fils Unique qui a vaincu le péché et la mort. Lui Seul doit être vénéré. Bien que ce terme ait pris une connotation séculière au seizième siècle, vénérer avait toujours été rattaché aux honneurs religieux qui sont réservés aux divinités. Ne voyez-vous pas que vous avez tort de vénérer un mortel ?

Source: https://www.camerounweb.com/CameroonHomePage/features/L-humiliante-le-on-de-d-mocratie-et-de-gouvernance-inflig-e-la-clique-Biya-467454

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here