Zones économiquement sinistrées: voici la grosse erreur de Paul Biya

0

Le Premier ministre, chef du Gouvernement, a signé le 02 septembre 2019, un décret portant reconnaissance du statut de zone économiquement sinistrée aux Régions du Nord-Ouest, Sud-Ouest et Extrême-Nord, en proie à une grave crise sécuritaire.

Dans son décret, le premier ministre indique que cette reconnaissance est conforme aux dispositions des articles 121 et 121 bis du Code général des Impôts.

« En aménageant un régime particulier pour les investissements réalisés dans les zones économiquement sinistrées, le législateur a voulu soutenir la relance économique dans les régions en difficulté notamment du fait de l’insécurité comme c’est le cas de l’Extrême-Nord. Ainsi, pour inciter les entreprises à créer de nouveaux emplois, et exploiter les potentialités de ces régions, il est accordé aux entreprises qui s’y implantent, d’importantes exonérations fiscales qui s’étalent sur une période de 10 ans.

Dans le même élan de soutien aux opérateurs économiques, la loi de finances 2017 a en outre consolidé le dispositif d’accompagnement des Pme à travers le renforcement des mesures incitatives offertes aux contribuables qui adhèrent au Cga dont la mission principale est de les assister et les encadrer dans l’accomplissement de leurs obligations fiscales.

Ces mesures donnent aux Cga de la région de l’Extrême-Nord davantage d’arguments pour susciter l’adhésion des Pme » expliquait en février 2017, soit deux mois après l’adoption de la loi de finances par l’Assemblée nationale, Modeste Fopa Fatoing, Directeur général des Impôts, dans une interview publiée dans le quotidien Mutations.

« Dans le principe, c’est une bonne chose. Il va falloir investir dans ces zones, créer des conditions pour attirer l’investissement sur place. Mais alors, comment on fait pour attirer l’investissement dans une zone où il y a des coups de feu. Donc, il y a un préalable, il faut que la zone soit d’abord pacifiée. Or, le dialogue qui a été annoncé n’a pas été mis en route. Donc, il y a problème » a réagi l’économiste Célestin Tchakounté dans un entretien téléphonique avec notre rédaction.

Source: cameroon-info.net

Téléchargez notre application Android

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here